Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 20:13

Radar embarqué 1Cette nouvelle génération de radars va entrer en service dès le 15 mars, et se généraliser rapidement. Mais déjà la résistance s’organise...

Par Jean-Michel Cravy

 

On vous en avait déjà parlé. Mais cette fois ça y est : cette nouvelle génération de radars mobiles embarqués va entrer en service dès le 15 mars. Une vingtaine pour commencer, répartis sur tout le territoire, mais qui devraient rapidement faire des petits, à raison de 100 nouvelles unités par an pendant trois ans.

 

Ce qui caractérise ce nouveau système (qui dans un premier temps n’équipe que des Renault Mégane banalisées, mais à l’avenir d’autres véhicules, on pense aux Ford Focus, ou encore à des utilitaires type Renault Trafic ou Ford Connect), c’est qu’il est quasiment indétectable.

 

L’antenne radar est cachée derrière la plaque d’immatriculation avant, le « flash » infrarouge (invisible donc, et capable donc d’opérer par tous les temps et même de nuit) est une toute petite plaquette presque invisible insérée dans la calandre. Seul indice qui permet de mettre la puce à l’oreille, le boîtier carré de la caméra vidéo posé sur le tableau de bord, tandis que l’opérateur tient sa tablette tactile sur les genoux.

Radar embarqué 2

C’est bien peu, on en conviendra, pour éviter le piège. Il faudra un œil de lynx et une solide et active communauté de possesseurs d’avertisseurs type Coyote ou Inforad pour ne pas tomber dans la nasse... Surtout qu’en absence de flash conventionnel, on ne sera averti de son infraction que quelques jours plus tard, par un procès verbal directement transmis par le centre de verbalisation automatisé de Rennes.

 

Mais quid du droit constitutionnel à se défendre et contester la réalité de l’infraction ? Les avocats s’attellent déjà à la tâche pour trouver la faille juridique. En attendant, comme le souligne l’association 40 millions d’automobilistes, si le conducteur n’est pas formellement identifié, et donc pas susceptible de subir retrait de points ou de permis de conduire, reste au propriétaire du véhicule incriminé à s’acquitter de l’amende...

 

Ceci dit, il y a une lueur dans ce sombre tableau, qui permet d’espérer éviter le pire, à condition de bien connaître le modus operandi de ces nouveaux radars embarqués.

 

D’abord, les véhicules radars, si ils peuvent contrôler jusqu’à trois voies, ne peuvent opérer qu’en se laissant dépasser, et en roulant sur la file de droite, ne pourront constater d’infraction qu’à la condition que la vitesse du véhicule ciblé soit supérieure d’au moins 20 km/h à celle de la voiture radar.

 

Ensuite, si le véhicule est bel et bien banalisé, ses deux occupants doivent être impérativement en uniforme. C’est à dire qu’avec un peu de vigilance, en surveillant de près les tableaux de bord des voitures doublées, un bon coup de frein peut vous sauver la mise à la dernière seconde, ne serait-ce que pour rentrer dans la marge prescrite de 20 km/h entre les deux véhicules !

Radar embarqué 3

Enfin, pour des raisons techniques liées à la complexité de ces nouveaux modèles, il a été décidé de retenir une réduction de 10 km/h en dessous de 100 km/h, et 10% au dessus. Concrètement, en agglomération limitée à 50 km/h, le dispositif d’infraction ne sera déclanché qu’à partir de 61 km/h, et 102 km/h sur une départementale limitée à 90. Sur autoroute, la vitesse limite en deçà de laquelle aucune infraction ne sera constatée est donc fixée à 144 km/h réels.

 

D’où l’impérative nécessité de disposer à son bord (outre d’un bon « avertisseur de danger », évidemment) d’un GPS étalonnant son allure réelle, bien mieux qu’un simple compteur de vitesse, dont on sait qu’il affiche une vitesse très approximative. Parce qu’on n’est pas obligé non plus de se laisser tirer comme des lapins au coin d’un bois sans se défendre...

 

Ni réagir ! C’est ce qu’a déjà fait vigoureusement la Ligue de défense des conducteurs, qui compte présenter au Ministre de l’intérieur une pétition contre ces nouveaux radars mobiles embarqués, qui a déjà recueilli à ce jour plus de 730 000 signatures. Si vous voulez prendre connaissance de cette pétition pleine de bon sens, vous pouvez la consulter et la signer à votre tour sur le site de l’association : www.liguedesconducteurs.org

J.-M. C.

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 13:18

Permis de conduire 1

Le fameux petit papier rose qui nous est si précieux va bientôt disparaître. Du moins pour les nouveaux impétrants. Il sera remplacé par une carte plastifiée format carte de crédit, à compter du 16 septembre prochain.

 

Rien de changé du côté régime du permis à points, mais ce nouveau document ne sera plus valable que 15 ans seulement, et soumis à un renouvellement -a priori !- purement administratif. Et tous les anciens modèles devront être remplacés avant le 16 septembre... 2033. Les « anciens » ont le temps de voir venir !

 

Sur le plan pratique, ce nouveau format, doté d'une puce électronique, donc moins facile à falsifier, à l'instar du passeport "biométrique", ne change rien sur le fond, s'agissant des conducteurs de véhicules particuliers, titulaires du permis dit "B". Le régime du permis à points reste inchangé. En revanche, ce qui change sérieusement, c'est pour les motards et les conducteurs de poids lourds, qui sont soumis dès aujourd'hui à un nouveau régime, mais c'est un autre sujet qui ne nous concerne pas directement en tant qu'automobilistes.

 

Cela dit, ce changement "cosmétique" visant à se conformer aux directives européennes, a aussi d'autres buts, bien moins transparents. Ce nouveau permis doit en effet permettre, selon la phraséologie officielle : "une meilleure circulation des citoyens de l'Union européenne grâce à une harmonisation du format du permis, des catégories de permis et des règles d'obtention (limites d'âge, formation), une reconnaissance européenne des nouveaux permis, de lutter contre la falsification (grâce à des boîtiers, les policiers pourront s'assurer de la validité des permis de conduire lors d'un contrôle de routine)."

 

Fort bien. Mais aussi : "via un fichier centralisé, l'agent de police aura accès à l'historique des infractions routières commises par le conducteur qui ne pourra plus échapper aux paiements de ses contraventions au niveau européen".

 

Ben tiens ! ça nous étonnait aussi qu'on ne profite pas de l'occasion pour renforcer encore un peu plus la répression routière. Pour notre bien à tous, irresponsables que nous sommes, ça va de soi...

 

Alors, entre nous, un petit conseil : si vous êtes à ce jour titulaire d'un bon vieux papier rose à trois volets, ne vous précipitez surtout pas à la préfecture pour l'échanger contre une jolie petite carte plastifiée, tellement moderne. Vous y perdriez beaucoup au change !

J.-M. C.

 

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 20:13

Radars embarqués 02Une nouvelle génération de radars arrive, plus vicieux, plus sournois que jamais, qui va mettre les automobilistes en coupe réglée et les faire tomber tous dans le piège. Tous, tout le temps ! Menacés à chaque instant d’amendes à la chaîne, de retraits de points, de la perte de son permis. Halte à cette répression aveugle ! Il va falloir se battre, et obliger les Pouvoirs publics à renoncer à ce projet liberticide. En signant ici la pétition lancée par la Ligue de Défense des conducteurs, qui a déjà collecté plus de 350 000 signatures.

J.-M. C.

 

Cet été les Pouvoirs publics ont commencé à mettre en place une nouvelle génération de radars à laser, qui vont bientôt se généraliser sur toutes les routes de France si l’on n’y met pas un coup d’arrêt. Embarqués dans des voitures banalisées (Renault Mégane, Peugeot 308, Ford Focus, mais aussi des véhicules utilitaires type Renault Trafic ou Citroën Jumper) conduites par des policiers ou des gendarmes en civil, ils peuvent « mitrailler » à la chaîne (jusqu’à 9 véhicules à la minute !), dans tous les sens et sur plusieurs voies. Agissant sans flash, de jour comme de nuit, à l’arrêt comme en roulant, adaptables aux limitations temporaires (pluie, pics de pollution) ils sont parfaitement indétectables, et chaque automobiliste mis en cause n’en saura rien. Jusqu’à ce qu’il ouvre son courrier.

 

Aucun recours possible : les contraventions sont automatisées, transmises directement par ordinateur depuis la voiture radar au Centre de Traitement des Infraction Routières de Rennes, et vous ne serez prévenus de votre infraction que quand il sera trop tard pour engager une contestation (où, quand, comment, et est ce que j’étais bien au volant au moment des faits ?).

Radars embarqués 08

La légalité, la notion d’Etat de droit, le droit de tout justiciable à se défendre? C’est sans importance, superfétatoire ! Circulez, il n’y a rien à voir. Il ne restera plus qu’à payer. Payer, oui... Parce que c’est le seul et unique but de cette mise en coupe réglée et automatisée, digne d’un pays totalitaire qui, comme toujours, prétend agir pour le bien commun, réprimer chacun pour le bien de tous...

 

Parce que le but n’est évidemment pas d’améliorer les statistiques de la mortalité routière. De l’aveu même de l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité routière (ONISR), le nombre de tués sur la route ne cesse de baisser régulièrement depuis quarante ans, essentiellement grâce à l’amélioration du réseau routier et aux immenses progrès faits par les voitures (ABS, ESP, suspensions sophistiquées, pneumatiques, ceintures de sécurité, airbags). Et la généralisation massive des radars décidée il y a une dizaine d’années n’a abaissé cette triste mortalité qu’à la marge.

Radars embarqués 01

En revanche, les 4 000 radars actuellement en service rapportent à l’Etat la bagatelle de 1 milliard d’euros chaque année. Avec à la clé 500 permis de conduire invalidés chaque jour (180 000 par an !), 60 000 personnes ayant perdu leur emploi de ce fait, et un nombre de personnes roulant sans permis (donc sans assurance) que certains spécialistes estiment à près de 2 millions.

 

Et de cette manne considérable, l’Etat ne consacre que 3 % à l’entretien des 3 77 968 km de routes départementales et 11 640 Km de routes nationales, dont d’ailleurs il se décharge de plus en plus sur les collectivités locales, qui n’ont pas reçu les moyens correspondants pour l’assumer. Peut-on trouver normal qu’alors que les trois-quarts des accidents mortels ont lieu sur ces nationales et ces départementales (les zones urbaines et les autoroutes se partageant le quart restant), l’Etat a divisé par deux le budget consacré à leur entretien entre 2009 et 2011, passant de 424 à 229 millions d’euros ?

Radars embarqués 05

Mais avec l’arrivée de ces nouveaux radars, traîtres, sournois, le pire est à venir. Ils sont une arme de répression massive. Si l’on n’y prend garde, si on ne réagit pas, plus personne de pourra échapper ni aux amendes qui vont pleuvoir à l’aveugle, ni aux retraits de poins par paquets, ni aux massives annulations de permis. Ils ne nous laisseront plus un seul instant de répit. Demain, tous coupables, tous délinquants ! Exit la liberté d’agir et la responsabilité qui va avec, bonjour la société policière automatisée. Big Brother is watchin’ you ! Pour notre plus grand bien, ça va de soi...

 

Songez que ces vicieuses bestioles (déjà testées avec grand succès dans plusieurs départements) sont capables, à raison de 45 € par petit dépassement de vitesse et de 9 enregistrements d’infraction à la minute, de rapporter potentiellement la coquette recette de 213 millions d’euros par an... et par radar ! Et il paraît qu’on va en mettre absolument partout. Alors, au nom de la santé des finances de l’Etat, nous serons tous pris au piège comme des rats un jour où l’autre. Et bien plus souvent qu’on l’imagine. Et quand on en prendra conscience, il risque bien d’être trop tard.

Radars embarqués 09

Alors il est temps d’agir. Et de mettre un coup d’arrêt à cette politique liberticide. Pendant la campagne présidentielle, le candidat François Hollande s’était dit défavorable au tout répressif. Maintenant qu’il est au pouvoir, il doit se souvenir de sa promesse et stopper en urgence ce projet d’ultra répression, si il le faut sous la pression des citoyens automobilistes, par le biais par exemple de la pétition lancée par la Ligue de Défense des Conducteurs, accessible ici, ou en visitant son site : http://www.liguedesconducteurs.org/

J.-M. C.

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:14

Claude Gueant 

A moins d’un an de l’élection présidentielle, le ministre de l’intérieur de Nicolas Sarkozy revient à la raison. Les panneaux de signalisation de radars fixes seront remplacés par des « radars pédagogiques ». Et les avertisseurs de radars seront bien interdits… mais transformés en avertisseurs de zones dangereuses. Et donc autorisés ! C’est pas mieux comme ça ?

 

Décidément, il faudrait des élections tous les jours pour faire entendre raison aux irresponsables responsables qui nous gouvernent… La démocratie contre la démagogie…

 

Après les rodomontades de ces dernières semaines du sinistre de l’intérieur, Claude Géhant, et devant la levée de boucliers qu’il a récolté de la part d’automobilistes et de motards en colère, et par ailleurs électeurs –et même d’un nombre non négligeable de députés de la future ex-majorité présidentielle (ça compte, non, à moins d’un an d’une élection décisive ?) le voilà revenu à la raison. Rappelé à l’ordre par un Président de la République qui a senti passer le vent du boulet. Déjà qu’il n’avait pas besoin de ça…

 

Donc, après avoir copieusement pataugé entre démagogie et pédagogie, le provocateur de service a enfin fixé sa position, nourrie et corrigée par les protestations de bon sens des conducteurs et néanmoins électeurs.

 

Ainsi, les panneaux de signalisation de radars fixes, dont le démontage manu militari avait été suspendu non moins urgemment va être repris, mais remplaçés par des « radars pédagogiques » (2 200 d’ici à la fin 2011, et près de 4 000 d’ici à la fin de l’année prochaine) qui vous avertiront de votre vitesse à l’abord d’une zone où se trouvera un radar, à une distance aléatoire, allant de 200 mètres à 2 kilomètres. A chacun de faire attention où se trouve le « piège »…

 

Et c’est là qu’interviennent les fameux « avertisseurs de radars », très officiellement interdits en tant que tels, mais de nouveau légalisés, pour peu qu’ils s’appellent désormais « avertisseurs de zones dangereuses »…

 

Ce qui, sur le fond, ne changera donc absolument rien. Parce que le sieur Géhant, non content de s’être fait remonter les bretelles par l’« Un » et les autres, a fini par comprendre qu’on n’arrête pas le progrès, qu’on n’interdira pas ex nihilo les technologies, internet et les réseaux sociaux ! C’est-à-dire ni les échanges d’informations entre internautes, ni les avertisseurs de radars communautaires, ni applications antiradars sur téléphones portables…

 

Qu’il s’agisse de radars fixes, ou de ces malfaisantes jumelles planquées dans les fourrés pour tirer les automobilistes comme des lapins, aussitôt qualifiés de grands délinquants de la route par quelques hystériques et bien-pensants ayatollahs « anti-bagnoles » !

 

La leçon qu’on doit tirer de tout ça ? Méfions nous de tout. Des « bons sentiments » et des mauvais coups des « chasseurs » de la route qui, sur ordre, font semblant de croire et de nous faire croire qu’ils agissent pour notre bien contre notre gré, pauvres imbéciles irresponsables que nous sommes.

 

La leçon, c’est : sortons couverts ! Avec ce qu’il est désormais convenu d’appeler, au nom du serment d’hypocrite, des « avertisseurs de zones dangereuses »…Ne serait-ce que pour éviter la partie de ball-trap dont on nous menace, comme le suggère l'affichette bleue derrière Claude Guéant inaugurant un de ses nouveaux "radars pédagogiques"... Et si on faisait de même aux prochaines élections ?

J.-M. C.

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 07:30

Inforad Ci 3Promis-juré : les avertisseurs de radars seront désormais des « assistants d’aide à la conduite ». Mais continueront de signaler les « zones dangereuses ».

Presque comme avant…

 

Après la politique de Gribouille, le serment d’Hypocrite. Histoire de clore une série de dérapages incontrôlés qui ont menacé le pouvoir en place de la sortie de route aux prochaines élections, le Ministre de l’Intérieur, Claude Géant, a reçu l’association des constructeurs d’avertisseurs de radars et a conclu avec eux une sorte de paix des braves.

 

Selon un protocole en cours de rédaction, et qui sera signé avant l’été, le Ministre reconnaît le caractère pédagogique de ces appareils en matière de sécurité routière. Mieux même : il ne remettra pas en cause la possibilité d’échange et de partage d’informations entre utilisateurs ! En conséquence de quoi, les avertisseurs de radars deviendront désormais des « assistants d’aide à la conduite », les signalements concerneront des zones dangereuses clairement identifiables, et bien plus, les services de l’Etat fourniront aux fabricants « toutes les informations pertinentes relatives à une meilleure compréhension des conditions de circulation ».

Inforad Ci 5

Traduit en clair : les avertisseurs ne signaleront plus les « radars » en tant que tels, mais des « zones à risques » ! Vous voyez la nuance ? Bon, maintenant, on peut parler de choses un peu sérieuses ?

 

L’Inforad Ci donc. Voilà un appareil haut de gamme qu’on peut encore qualifier  d’avertisseur de radars aujourd’hui, mais qui deviendra bientôt un assistant d’aide à la conduite… ce qu’il est déjà dans les faits. La société Inforad était jusqu’ici connue pour ses avertisseurs plutôt basiques, mais à la base de données de… « zones dangereuses » soigneusement mise à jour, et très efficace, couvrant l’Europe entière.

Inforad Ci 6

Le Ci, dont le look élégant n’est pas sans rappeler un certain iPhone (un hasard, sûrement !) y ajoute un service interactif communautaire, tel que l’ont déjà lancé depuis longtemps et avec le succès qu’on connaît, les rivaux, Coyote ou Wikango. Alors certes, le parc d’Inforad Ci est encore réduit (environ 50 000 appareils en circulation à l’heure actuelle), mais il ne fera que croître et embellir à l’avenir, tant est grand le besoin de solidarité entre automobilistes… C’est vrai aussi que la couverture assurée par ce nouveau venu est encore limitée à la France, la Belgique et le Luxembourg et qu’il va falloir patienter un peu, au fil des développements et des mises à jour, pour bénéficier des informations concernant les autres pays d’Europe.

 

Pour le reste, l’Inforad Ci assure le « traitement », non seulement des radars fixes, ce qui est bien la moindre des choses, mais aussi une gestion plus fine qu’avant des zones de radars mobiles (jumelles laser et autres joyeusetés) en évaluant au plus près la probabilité d’une présence indésirable (fonction de statistiques de « fréquentation » ou certifiées par les informations fournies en « direct live » par les autres possesseurs de Ci.

Inforad Ci 2

Le Ci y ajoute l’identification des radars de feux, de passages à niveau, de tunnels, et surtout des radars de tronçons qui vont inévitablement se déployer dans un avenir proche, en vous aidant à rester dans la moyenne requise à la sortie dudit tronçon de contrôle… On y ajoutera la signalisation de zones de travaux, de bouchons ou accidentogènes. Ben oui, quoi ? C’est bien dans l’esprit des nouvelles dispositions ministérielles ? Donc, c’est déjà fait…

 

L’écran 3 pouces haute résolution du Ci, fourni avec une ventouse particulièrement efficace, inarrachable aussi bien sur un pare brise que sur le plastique d’un tableau de bord, informe clairement les utilisateurs de toutes ces circonstances de la route. Et une télécommande permet de signaler aux autres tous les « accidents de parcours » sans quitter la route des yeux.

Inforad Ci 4

Pour ne rien vous cacher, lors de nos premiers tests, nous avions été déçus quant à l’imprécision apparente du positionnement des « biiip ! vous voyez ce qu’on veut dire… ». Renseignement pris, c’était dû à un changement du mode de signalement entre les anciens appareils et celui-ci, qui vous garde en alerte jusqu’à 150 mètres après le passage devant le « biiip ! », lequel pourrait vous photographier par derrière, le traître. Encore fallait-il le savoir, et le mode d’emploi n’était pas très clair là dessus. Moyennant quoi, vérification faite, l’Inforad Ci identifie bien et très précisément les zones à « biiip ! ». C’est bien le moins.

 

Très accessoirement (à notre sens, parce que ce n’est pas ce qu’on attend principalement d’un tel appareil), l’Inforad Ci permet aussi, moyennant un abonnement en option (24 € par mois) la réception d’appels téléphoniques et de sms et l’accès au 112 (secours, pompiers).

Inforad Ci 1

Mais son véritable point fort, sans doute, c’est son prix : 229 €. Ça peut paraître plutôt cher au premier abord, mais il faut savoir qu’il n’y a aucun abonnement à prévoir pour son utilisation et ses mises à jour (par GPRS), contrairement à ses rivaux et néanmoins confrères au sein de l’AFFTAC (Association Française des Fournisseurs et utilisateurs de Technologies d’Aide à la Conduite) qui est parvenue à ramener le Ministre de l’Intérieur à la raison… Soit donc une économie substantielle au fil du temps, avec un appareil par ailleurs garanti 3 ans. Et puis, vous connaissez le tarif d’une amende pour un léger excès d’optimisme… Pas besoin de vous faire un dessin !

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 18:52

Marche arrière toute ! Après 15 jours d’errements, le gouvernement n’interdit plus les avertisseurs de radars, transformés en « avertisseurs de zones dangereuses » !

Touche pas à mon avertisseur 

Comment se sortir d’un mauvais pas, après quinze jours d’errements, de psychodrame, de palidonies et de dérapages à la limite de la sortie de route ? C’est-à-dire comment trouver une honorable porte de sortie en déjugeant ce qu’on avait affirmé avec force rodomontades quelques jours avant ? C’est ce à quoi s’est employé le gouvernement, par la voix du Ministre de l’Intérieur Claude Géant, en recevant les fabricants d’avertisseurs de radars, réunis au sein de l’AFFTAC.

 

Devant la soudaine augmentation de la mortalité routière en avril (+ 20%), le nouveau Ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, était monté sur ses grands chevaux sans réfléchir une seconde à leurs causes exactes (conditions atmosphériques exceptionnellement bonnes qui avaient incité un grand nombre d’automobilistes, et surtout de motocyclistes à prendre la route). Et, soutenu par un Président de la République qui affirmait l’exact contraire de ce qu’il disait il y a quatre ans (*)  avait annoncé sans ambages ni la consultation de qui que ce soit (ni l’Assemblée Nationale, ni surtout les spécialistes avertis de la sécurité routière), entre autres mesures, de supprimer les panneaux avertissant les zones de radars fixes, et d’interdire les appareils avertisseurs de radars type Coyote/Inforad/Wikango…

 

Ce fut aussitôt une levée de boucliers. D’abord une première mobilisation le 12 mai dernier à l’appel de l’association des fabricants d’avertisseurs, qui aura connu un grand succès et rassemblé un grand nombre d’utilisateurs, compte tenu  des délais de réaction extrêmement courts, suivie de la menace d’une journée d’action nationale le 2 juin, appelant les automobilistes à bloquer toutes les routes de France. Puis ce fut une « bronca » de plus de 70 députés… de la majorité présidentielle, craignant pour leur siège aux prochaines élections !

 

Il y avait le feu au lac ! Après la valse-hésitation du gouvernement -un coup de volant à gauche, un coup de volant à droite, un coup sur le frein, un coup sur l’accélérateur- (voir les déclarations aussi contradictoires que péremptoires de Messieurs Fillon, Baroin et Géant, travaillés au corps par le lobby des ligues de vertu routière), celui-ci a fini par comprendre quelques petites choses…

 

D’une part que les automobilistes, fédérés par l’organisation 40 Millions d’Automobilistes et les Automobile Clubs, en avaient plus que ras le bol d’être traités comme des demeurés irresponsables. Une pétition a déjà réuni plus d’un million de signatures, et un sondage a montré que 79% des Français pensent que la suppression des panneaux ne va pas améliorer la sécurité routière, et que 90% des utilisateurs d’avertisseurs n’envisageaient pas d’appliquer la loi qui les rendait illégaux ! Comme le disait Montesquieu dans « De l’esprit des lois » : « une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi. Mais elle doit être loi parce qu’elle est juste » CQFD…

Max 2

Et puis le gouvernement a enfin pris conscience que l’interdiction des systèmes avertissant les zones de radars étaient une impossibilité pure et simple… Comment en effet contrôler les GPS intégrés dans les voitures et forcer leurs utilisateurs à désactiver les annonces de radars fixes ? Comment distinguer un écran GPS d’un avertisseur de radars ventousé sur le pare brise ? Faudra t-il confisquer les 6,5 millions de téléphones mobiles dotés d’une application anti-radars ? Et interdire à tous l’accès à internet ? Une évidence qui confinait à l’absurde !

 

Aussi, de pas de deux en reniement, le Ministre de l’Intérieur est parvenu à un compromis « honorable », histoire de ne pas perdre la face. Recevant les principaux fabricants d’avertisseurs (Coyote, Inforad, Wikango), il est parvenu à un accord « mi chêvre-mi chou » : désormais ces appareils s’appelleront « avertisseurs de… zones dangereuses », ou encore « assistants d’aide à la conduite » ! Désormais ils ne signaleront plus les radars en temps que tel, mais des zones « dangereuses »… pour le permis des automobilistes. Comme ça se pratique déjà en Belgique par exemple… Ben voyons ! Plus hypocrite, tu meurs… Mais l’essentiel est là : les avertisseurs ne sont plus hors la loi !

 

Quant aux panneaux, gageons que parallèlement à l’installation de 2 200 nouveaux « radars pédagogiques », leur démontage va se ralentir sérieusement, dans le silence et la discrétion.

 

Affaire classée ? Pas tout à fait. Il faudra rester extrêmement vigilant pour éviter un nouveau coup de pied de l’âne. Et d’ailleurs quatorze organisations d’automobilistes, dont l’Union nationale des automobile-clubs viennne d’annoncer qu’elles se fédéraient au sein d’une Union des usagers de la route (UUR), qui appelle déjà à manifester le 18 juin prochain contre la politique injuste de sécurité routière du gouvernement…

 

Jean-Michel Cravy

 

(*) Nicolas Sarkozy, mai 2007 sur RTL : « je ne reviendrai pas sur la politique des radars (...). Ce n'est pas fait pour remplir les caisses de l'Etat, vous avez d'ailleurs raison de dire qu'il serait scandaleux d'enlever les panneaux qui préviennent. ».

Nicolas Sarkozy, mai 2007, interview à WebCarCenter :« Les radars automatiques ont été installés dans les zones les plus dangereuses, en toute transparence puisque leur présence est indiquée aux automobilistes. »

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 01:14

Carte électorale+permis

Les réactions se multiplient après les nouvelles mesures répressives qui viennent d’être décidées à Matignon : aggravation des sanctions, suppression des panneaux, interdiction des avertisseurs de radars.

Et déjà la résistance s’organise : des manifestations sont prévues partout en France :


mercredi 18 mai à 13 heures

 

devant les préfectures des principales villes de France :


- Bordeaux : Esplanade Charles de Gaulle, 33000 Bordeaux
- Lille : 2 rue Jacquemars Giélée, 59800 Lille
- Lyon : 106 rue Pierre Corneille, 69003 Lyon
- Marseille : Boulevard Paul Peytral, 13000 Marseille
- Montpellier : 34 place des Martyrs de la Résistance, 34000 Montpellier
- Nantes : 6 quai Ceineray, 44000 Nantes
- Strasbourg : 5 place de la République, 67000 Strasbourg
- Toulouse : 1 place Saint Etienne, 31000 Toulouse

 

En attendant d’user de son bulletin de vote. Dans moins d'un an…

 

touche pas à mon avertisseurLes réactions ne se sont pas fait attendre après l’annonce de l’aggravation de la répression sur la route. De la répression, et rien que de la répression ! Haro sur la « vitesse », mère de tous les maux, haro sur les « délinquants de la route », les « criminels » qui osent rouler un peu trop vite sur les autoroutes (payantes !), là où sécurité est pourtant maximale…

 

L’Automobile Club de France, 40 millions d’automobilistes, d’innombrables automobilistes ont déjà réagi massivement sur Facebook et Twitter, et exprimé leur ras-le-bol de cette politique de gribouille, uniquement fondée sur le politiquement correct nivelateur par le bas, et la pensée unique. C’est-à-dire… pas de pensée du tout !

 

Et déjà la résistance s’organise. D’abord avec le regroupement des trois principaux opérateurs d’avertisseurs de radars (Coyote, Inforad, Wikango *), qui appelle à des manifestations massives partout en France (Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, Marseille) mercredi 18 mai à 13 heures

 

L’occasion pour 40 millions de titulaires d’un permis de conduire d’exprimer leur ras-le-bol face à une répression aveugle, et sourde à leur sentiment de persécution imbécile à leur égard.

 

L’occasion aussi pour les 4,7 millions d’utilisateurs d’avertisseurs de radars (sans compter les plus de 10 millions d’automobilistes qui utilisent une navigation GPS embarquée, ou qui ont téléchargé sur leur téléphone mobile des applications anti-radars) de dire : « touche pas à mon avertisseur ! »…

carte-electorale-by-astrolabe 0900F4013E00008002

 

Et puis si ça ne suffit pas, il restera une « arme de destruction massive » des édiles qui ne veulent rien comprendre, ni entendre : le bulletin de vote ! Plus de 44 millions  de cartes d’électeurs. Soit à peu près autant que de permis de conduire…

 

Voilà nos édiles prévenus. Si ils ne se rendent pas à la raison, ils risquent d’être sévèrement radarisés dans les urnes l’année prochaine. Tolérance zéro, pour reprendre la préconisation d’un ex-ministre de l’Intérieur, devenu depuis Président de la République, et menacé de n’être plus qu’un ci-devant dans à peine un an !

 

Mais en attendant, tous dans les rues mercredi 18 mai. Organisons la résistance !

Jean-Michel Cravy

 

* AFFTAC, Association Française des Fournisseurs et utilisateurs de Technologies d’Aide à la conduite, créée dans l’urgence dans la journée même à la suite des mesures prises par le Comité Interministériel, dont on doit saluer la belle réactivité, et aussi leur solidarité, bien que ces trois opérateurs (Coyote, Inforad, Wikango) sont par ailleurs rivaux économiques sur le marché des avertisseurs, ce qui est tout à fait remarquable… 

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 17:18

Répression 1Un comité interministériel sur la sécurité routière présidé par le Premier ministre François Fillon vient de décider d’un nouveau tour de vis. Un de plus ! Au menu : grands excès de vitesse (plus de 50 km/h) qualifiés de délits dès la première infraction, interdiction des avertisseurs de radars, suppressions des panneaux d’avertissement, déploiement de nouveaux radars mobiles en circulation, aggravation généralisée des sanctions…

 

Face à la hausse de la mortalité sur les routes depuis le début de l'année (+10%), en particulier en avril (+20%), le gouvernement vient de décider de nouvelles mesures d’urgence. Une refonte en profondeur du permis pour renforcer la qualification et la responsabilité des conducteurs ? Que nenni ! De la répression, uniquement de la répression ! Une fois de plus, les pouvoirs publics n’ont que ce raisonnement imbécile et abaissant : les statistiques de mortalité routière repartent à la hausse ? Haro sur la vitesse, mère de tous les maux ! Ben voyons… Nous avons récemment eu l’occasion de démonter l’inanité de ce raisonnement absurde. Par l’absurde.. (voir l’article).

Répression 2

Pour l’heure, voici « pour en finir avec le comportement irresponsable de ceux qui s'autorisent à rouler à des vitesses très abusives » (dixit le Premier ministre) le menu des prochaines réjouissances, qui seront bientôt soumises au Parlement :

 

- Les « grands excès de vitesse » (plus de 50 km/h), jusqu’ici qualifiés de délits passibles de la correctionnelle en cas de récidive, le deviendront dès la première infraction.

- Interdiction des avertisseurs de radars (l’usage d’un « appareil à écran » autre qu’un GPS vaudra une amende de 1 500 € et le retrait de 3 points

- Suppression des panneaux indiquant la présence de radars fixes

- Déploiement de 1 000 nouveaux radars d’ici fin 2012

- Expérimentation dès cette année de radars mobiles de nouvelle génération à partir de véhicules en circulation (motos anonymes en particulier)

Max 2Répression 3

D’autres mesures, moins contestables celles-là, sont également prévues :

- Retrait de 8 points au lieu de 6 pour sanctionner un taux d’alcoolémie supérieur à 0,8 g/l (le seuil légal restant fixé à 0,5 g/l)

- Retrait de 3 points au lieu de 2 pour utilisation d’un téléphone au volant (le kit mains libres, pourtant contesté, restant autorisé jusqu’à nouvel ordre)

Honda Varadero radar 1

Les motards aussi auront droit à des mesures spécifiques :

- Port obligatoire d’un gilet réfléchissant

- Plaques d’immatriculation plus grosses

- Formation obligatoire en cas d’une interruption de conduite pendant plus de 5 ans.

En revanche, la remontée de files par les deux roues restera tolérée…

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 19:33

Max 1

Depuis quelques mois, la société AlerteGPS, spécialiste de longue date des alertes radars sur appareils dédiés ou téléphones mobiles, et récemment rebaptisée Wikango, a lancé un nouveau boîtier « communiquant », le Max. Entendez par là qu’à l’instar du célèbre Coyote, il entend mettre en contact les possesseurs de boîtiers identiques (actuellement 400 000 environ rien qu’en France) pour s’avertir mutuellement, et en temps réel, de la présence de jumelles indésirables ou de zones de travaux.

 

Le Wikango Max se présente dans un boitier rectangulaire avec un écran couleur de 6 cm de diagonale, et un joystick de commande en façade, très simple d’utilisation, à défaut d’être parfaitement ergonomique (les deux gros boutons sur le dessus, destinés à confirmer ou infirmer les informations étant un peu trop sensibles à la manipulation). Un défaut mineur.

Max 2

Mais après plusieurs milliers de kilomètres de test en France, en Belgique et en Hollande, il s’est avéré remarquablement efficace, et surtout très fiable, et c’est bien l’essentiel. Surtout pour son prix : moins de 100 €, qui en fait l’une des toutes meilleures affaires du moment !

 

Au delà de son caractère communautaire, évidemment très sympathique mais pas toujours parfaitement efficient (il n’y a pas toujours un autre « smart driver » -pour reprendre la terminologie de Wikango- dans le voisinage), le Max intègre surtout toutes les dernières fonctionnalités essentielles (radars de tronçon avec calcul de la vitesse moyenne, radars de feux). Et ça, c’est tout aussi important…

Max 3

Car si il est effectivement fort utile qu’un autre utilisateur (qu’il vous précède ou qu’il soit sur la voie opposée) vous avertisse de la présence effective de jumelles ou d’un radar sournoisement planqué en embuscade, il est tout aussi important que soient dûment répertoriés tous les radars fixes le long des routes, les radars de feux en ville, les radars disséminés sur les périphériques des grandes villes… Une cartographie remise à jour en permanence directement sur l’appareil par liaison GPRS (sans avoir besoin, donc, de recourir à internet via un ordinateur). Et puis en tout état de cause, les zones à risques (probabilité de présence de jumelles ou de radars volants) sont quand même signalées comme telles, en fonction d’une activité vérifiée sur les trois derniers mois.

Max 4

Et puis surtout, le Max se montre très précis pour identifier les zones de radars de tronçon (qui contrôlent une vitesse moyenne sur plusieurs kilomètres) en calculant votre propre progression au fur et à mesure. En clair, vous pouvez vous permettre un excès de vitesse sur le tronçon… pourvu que vous fassiez retomber votre vitesse moyenne en dessous du seuil légal en sortant de la zone. Quitte même à faire une pause-cigarette au bord de la route ! Ne rigolez pas : déjà largement utilisés en Angleterre, en Norvège, et même en Italie ou en Allemagne, ils vont être généralisés en France dès cette année… Nous l’avons largement expérimenté en Hollande, et le Wikango s’est avéré diablement efficace, bien plus qu’un autre concurrent testé en parallèle. Car le Max est opérationnel sur toute l’Europe, ce qui n’est pas le cas de tous !

 

Par ailleurs, trois modes s'activent automatiquement sur l'appareil en fonction de votre position. Si vous vous situez en ville ou sur une route départementale, le Wikango Max s’affiche en mode zone, sur une nationale ou sur l'autoroute c'est le mode route qui est activé. Et enfin, le mode périphérique s'active autour des grandes villes pour tracer avec plus de précision le positionnement des radars, pour doubler les alertes éventuellement envoyées par d’autres utilisateurs.

Max 5

L’écran du Max, à défaut d’être très sobre (question de goût personnel) est en revanche parfaitement lisible. Il passe du mode jour au mode nuit soit manuellement, soit selon une heure pré-programmée. Un capteur de luminosité serait le bienvenu, mais on ne saurait trop en demander pour un appareil communiquant (et surtout très fiable dans les informations délivrées), et doté d’une autonomie de 4 heures, tarifé à ce prix là : 100 € (en cherchant bien sur internet, on peut le trouver à moins encore), auxquels il convient d’ajouter un abonnement obligatoire pour qu’il soit opérationnel au delà du premier mois (offert) : 80 € pour 12 mois, soit 6,70 € par mois seulement. Comparé aux tarifs pratiqués par la concurrence, pour des prestations pas forcément supérieures, loin s’en faut, on peut considérer que le Wikango Max est très certainement le meilleur rapport qualité prix du moment.

Jean-Michel Cravy

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 19:28

Sécurité routière 8Dès cet été, les pouvoirs publics vont mettre en test des radars mobiles… embarqués sur des motos, parfaitement anonymes et banales équipées d’un « œil » discrètement planqué dans la tête de fourche, à l’instar de ce qui est déjà en pratique en Belgique. Le test va durer jusqu’à la fin de l’année, avant une mise en service prévue fin 2012. La chasse à (l’honnête) homme ne fait que commencer.

 

Au delà des questions techniques à régler (fiabilité du système embarqué, précision de la visée à vitesse stabilisée derrière le « délinquant de la route »), reste aussi à vérifier la compatibilité juridique d’une telle pratique policière. En effet, jusqu’à présent, on avait affaire à des voitures banalisées, mais occupées par des forces de l’ordre en uniforme, en bonne et due forme…

Honda Varadero radar 1

Là, il va s’agir de motos banalisées, pilotées par des motards… anonymes ! Gageons Bar2que les avocats spécialisés ne manqueront pas de soulever ce point de droit qui risque de poser problème…

 

En attendant, il va être plus que nécessaire de surveiller son rétroviseur. Non seulement pour laisser passer nos amis les motards (les vrais !), mais aussi pour identifier ceux qui traînent derrière soi. Ceux-là risquent bien d’être autre chose qu’un motard : un flic, tout simplement !

 

Pour reprendre un fameux dessin de Bar2 (l’illustre illustrateur du Joe Bar Team) : ça s'appelle un motard, ça ressemble a un motard, ça a l'odeur d'un motard, mais ce n'est pas un motard. C'est un KEUF !

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Pratique (radars - conduite)
commenter cet article

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives