Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 19:19

Alfa MazdaEn ces temps de « mariage pour tous », transgenre et transfrontière, nous avons le plaisir de vous faire part du rapprochement du très Japonais Mazda avec le très Italien Alfa Roméo. Le but ? Assurer une future descendance, obtenue par procréation assistée par ordinateur.

 

Mazda MX-5 1Il s’agirait de produire, d’ici à 2015, un futur roadster, commun à Mazda et Alfa Romeo. Lequel sera basé sur la plateforme de la prochaine génération de roadster MX-5, qui serait donc en quelque sorte... « le père » !

 

Le mariage (pardon le Pacs, pardon le contrat !) vient donc d’être signé après plusieurs mois de rapprochement assidu. Ce sera donc Mazda qui se chargera de fournir -et de produire à Hiroshima- la base de ces deux roadsters, destinés à être commercialisés partout dans le monde, chacun naturellement sous ses propres couleurs.

 

C’est loin d’être une mauvaise nouvelle. En effet, depuis bien longtemps le constructeur japonais a déjà montré son savoir faire au travers de trois générations de MX-5, des roadsters pure propulsion comme il en reste peu sur le marché. Et depuis bien trop longtemps, la marque italienne avait coupé ses racines, se convertissant bon gré mal gré à la traction avant au début des années 90 sous l’amicale et impérative pression de la Fiat, la mère adoptive, et parfois abusive.

 

Oui parce quand même, une Alfa, une « vraie », c’était, sans remonter aux calandres grecques, un moteur qui chante, fort, et un train arrière qui pousse. Fort. Et depuis vingt ans, depuis la disparition de la génération 75, des Alfa propulsion, on pouvait en chercher en vain.

Alfa Romeo 8c Competizione 2

Bien sûr s il y a eu la 8C, produite à doses homéopathiques entre 2007 et 2010. Mais c’était une exception, fort élitiste, puisque dérivée d’une mécanique Ferrari. Attachante, certes, mais réservée à une poignée de happy few, souvent doublés de spéculateurs. Mais des Alfa « popu », comme il y eut les Giulietta et les Giulia d’antan ? Bien sûr, il y a eu la promesse, plusieurs fois renouvelée, d’un coupé/cabriolet nommé 4C. Mais une promesse non tenue jusqu’ici.

alfaromeo-concepts-2681111336255891600x1060 0

Aussi la perspective d’un successeur au fameux Duetto ne peut que réjouir les amateurs, tout autant qu’un remplaçant à l’actuelle génération de MX-5. Parce que si plateforme commune il y aura, chacun gardera sa spécificité et son originalité, moteurs et boîtes en particulier. Quelquefois, la mondialisation peut avoir du bon...

 

On espère simplement que ce nouveau mariage italo-japonais ne ressemblera pas à celui, bien malheureux, entre Alfa et Nissan dans les années 80, qui donna lieu à un pauvre batard nommé Arna. Une belle... arnaque !

 

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 13:56

Peugeot Onyx 01Porsche Panamera Sport Turismo, BMW Active Tourer, Audi Crosslane coupé, Peugeot Onyx... Autant de concept-cars qui promettent. Du moins certains d'entre-eux.

Pas de salon de l'auto digne de ce nom sans son lot de concept cars, n'est-ce pas ? Et pourtant, ce Mondial de l’automobile de Paris s’avère tous comptes faits assez pauvre en engins de pur rêve, à part peut-être la Peugeot Onyx. Le signe d'une maturité, d'un désir de réel, au delà des purs fantasmes, en déni de réalité ?

 

Les autres, tous les autres, sont à l’évidence des avant-projets plus ou moins réalistes de futures autos qui prendront la route demain, ou après-demain. Preuve que les temps ne sont plus aux petites folies fantasmatiques, mais sans réelle descendance, comme on a pu en connaître en d’autres époques, mais bien au pragmatisme, au réalisme. Faut-il s’en plaindre ? Pas forcément. Parce qu’au moins ces concept cars là (du moins la plupart d’entre eux, et c’est sans doute un hasard, tous allemands...) promettent. Et tiendront certainement leurs promesses. Un jour où l’autre... Et finalement ne vaut-il pas mieux que les rêves finissement par devenir réalité ?

On vous fait l’inventaire ? Embarquement immédiat...

 

Porsche Panamera Sport Turismo

Porsche Panamera Sport Turismo 07

La Panamera, à son lancement, avait fait débat. Non pas par son approche de limousine sportivo-luxueuse, qui se défend, mais plutôt par son style, lourd, balourd, rondouillard, empâté. Et avec le temps, les avis n’ont guère changé. Incontestablement, la Panamera n’aura jamais eu la finesse et l’élégance d’une Aston Martin Rapide ou même la noble stature d’une Bentley Continental GT.

Porsche Panamera Sport Turismo 06

Mais les avis pourraient bientôt changer à l’avenir, si l’on en juge par ce concept baptisé Panamera Sport Turismo. Il s’agit d’un « break de chasse » (un style de carrosserie très à la mode en ce moment) qui paradoxalement affine et virilise la silhouette de la Panamera d’origine, dans un gabarit légèrement raccourci (4,95 mètres de long tout de même).

Grâce au toit qui court jusqu’à la poupe, les lignes générales sont plus tendues, plus sportives même, et bien plus équilibrées. On retrouve quelques détails esthétiques hérités d’autres modèles de la famille Porsche : des optiques inspirées de la 918 Spyder, des flancs creusés à la manière du récent Boxster, un bandeau de feux arrières hérité de la dernière 911.

Porsche Panamera Sport Turismo 05

L’habitacle pour sa part reprend l’architecture de la berline Panamera, avec comme il se doit quatre sièges hyper confort bien séparés par une large console centrale, mais retravaillé à grands renforts d’écrans à cristaux liquides, et de courbes plus sensuelles. Nul doute que la Panamera d’origine sera très prochainement restylée dans cet esprit.

Porsche Panamera Sport Turismo 10

Sur le plan mécanique, ce « concept » de Panamera Sport Turismo met l’accent sur la mode hybride rechargeable, soit dans son cas l’attelage d’un V6 3.0 à compresseur (prélevé dans la banque d’organes de Audi) délivrant 333 chevaux, avec un moteur électrique de 95 chevaux (soit le double de la puissance offerte par l’actuelle Panamera hybride), capable – si l’on peut dire ! – d’effectuer l’ébouriffante distance de... 30 kilomètres en pur électrique. Comment dit-on hypocrisie écolo-compatible en allemand ?

Porsche Panamera Sport Turismo 04Quoi qu’il en soit, cette Sport Turismo affiche une puissance cumulée de 416 ch, contre 380 actuellement, et c’est toujours bon à prendre. Et affiche avec orgueil des niveaux de consommations et d’émissions de CO2 dignes d’une... Toyota Prius ! Soit moins de 3,5 litres aux 100, et moins de 82 grammes par kilomètre. Sérieux ? On demande à voir... Mais ça, on ne vérifiera pas cet aspect des choses avant 2015. Au moins !

Porsche Panamera Sport Turismo 03

 

BMW Concept Active Tourer

BMW Concept Active Tourer 04

C’est entendu, BMW a une réputation très ancienne et bien établie de sportivité. Ce qui ne l’a pas empêché de se diéseliser massivement, il y a bien longtemps déjà, sans pour autant y perdre son âme et sa réputation. Et pourquoi alors ne pas franchir un nouveau pas, transgresser un dernier tabou en passant à l’automobile à vocation « familiale », c’est à dire se lancer dans la catégorie bien triviale et plébéienne des monospaces ?

BMW Concept Active Tourer 07ça y est, le mot est lancé : mo-no-space ! En allemand, le mot anglais « shocking » peut se traduire par schockierend, et le mot italien « aggiornamento » par Aktualisierung... Mais peut importe le flacon, n’est ce pas, pourvu qu’on ait l’ivresse des ventes qui montent et des parts de marché qui augmentent ?

BMW Concept Active Tourer 03

Parce que comme depuis des temps immémoriaux, la marque bavaroise de Munich marque la marque souabe de Stuttgart à la culotte (de peau ?). Et qu’il n’y avait pas de raison que Mercedes renouvelle sans complexe son monospace compact type Classe B, sans que BMW ne vienne mettre y mettre son museau frappé d’une hélice dans cette catégorie particulièrement juteuse. Empattement comparable, longueur hors tout identique (4,35 m), quand même un poil moins haut, un poil plus large, pour justifier plus de dynamisme suggéré : tel se présente ce « concept » de BMW Active Tourer, qui toutes proportions gardées, conserve les attributs esthétiques de la marque. A la position de conduite près, évidemment très surélevée, tandis que la banquette arrière fait assaut de modularité, comme n’importe quel monospace digne de ce nom : fractionnement en trois parties, rails de fixation dans le compartiment à bagages.

BMW Concept Active Tourer 02

Côté motorisation, ce concept car présente, comme la mode du moment l’exige, un attelage hybride, constitué d’un moteur électrique qui anime les roues arrière, secondant un moteur principal thermique 1.5 turbo essence qui lui se charge... des roues avant ! Encore une fois, comment dit-on shocking en allemand ?

BMW Concept Active Tourer 05

Quoi qu’il en soit, l’ensemble est sensé délivrer quelque chose comme 190 chevaux, moyennant des émissions de CO2 inférieures à 60 g/km, vu la promesse de pouvoir rouler 30 kilomètres (au moins ?) en 100 % électrique. Pas sûr que la passion soit vraiment au rendez-vous. A moins que « passion » ne se traduise en « passion des euros », quelque soit la langue. ça, on peut le comprendre. A défaut de l’accepter...

BMW Concept Active Tourer 08

 

Audi Crosslane coupé

Audi Crosslane Coupé 07

On vous l’a déjà dit (voir notre sujet nouveautés), Audi va très-très bien, fait flèche de tous bois, et développe consciencieusement ses gammes, la dernière livraison en date étant la version Sportback de l’A3. Mais Audi continue à avancer, tel un implacable rouleau compresseur...

Audi Crosslane Coupé 04

Prenez le secteur particulièrement juteux des SUV (alias Sport Utility Vehicles, alias en bon français : des 4x4 qui ne mettent jamais les roues hors du bitume). Le Q7 ? Un succès d’estime qui aura posé la marque aux anneaux comme un maître dans le domaine. Le Q5 ? Un essai largement transformé. Le Q3 ? Le jackpot ! Et donc pourquoi ne pas poursuivre la descente en gamme pour rameuter les amateurs moins argentés mais quand même attirés par le seigneur des anneaux ? C’est l’objet de ce « concept car » Crosslane coupé. Soit l’ombre chinoise de ce qui pourrait devenir... un futur Q2 ! Eh bien oui, il n’y a pas de raison...

Audi Crosslane Coupé 02

Pour l’heure, ce possible futur Q2 très compact (4,21 m de long) se présente plutôt sous la forme d’un buggy de plage, spectaculaire avec son toit amovible manuellement, qui bien évidemment, avec sa structure mélangeant allégrement aluminium, carbone et fibre de verre, et son « indispensable » motorisation hybride (un 3 cylindres 1.5 TFSI de 130 ch associé à un moteur électrique donnant sur les seules roues avant, un comble pour un... 4x4, tandis qu’un autre ferait office de démarreur et de générateur), ne sera pas livré comme tel à l’horizon 2014. Tout ça bougera sérieusement d’ici là avant de passer aux choses sérieuses.

Audi Crosslane Coupé 03

En revanche l’intérêt de ce Crosslane coupé, c’est l’évolution de style qui s’annonce chez Audi. Plus agressif, plus taillé à la serpe, avec surtout une calandre à double trapèze nettement plus martiale. Fini le temps des Audi au style fédérateur sous le signe du plus petit commun dénominateur. Audi Crosslane Coupé 01Aujourd’hui, la marque aux anneaux annonce fièrement ses volontés dominatrices. Les éternelles rivales allemandes à l’hélice blanche et bleue ou à l’étoile à trois branches n’ont qu’à bien se tenir...

Audi Crosslane Coupé 05

 

Peugeot Onyx

Peugeot Onyx 04

Tout le monde le sait, PSA (Peugeot/Citroën donc) est dans l’œil du cyclone qui secoue sérieusement un certain nombre de constructeurs occidentaux. Pas besoin de rappeler le drastique plan social qui prévoit de mettre plusieurs milliers d’employés au chômage, sans compter les emplois induits dans les régions touchées par les fermetures d’usines ou les drastiques réductions d’activité. Et que ce n’est sans doute pas fini.

Peugeot Onyx 02

C’est dans ce contexte particulièrement morose - et c’est une aimable formule de politesse - que PSA aura abordé le Mondial de l’auto de Paris. Plutôt modestement, avec côté Citroën une DS3 décapsulée, et côté Peugeot une RCZ au nez refait. Sympa, et c’est toujours ça de pris, mais pas de quoi grimper aux rideaux malgré tout. Alors, pour amuser le bon peuple, la marque au lion a retrouvé la bonne vieille recette qui sert à tout, celle du concept car qui fait rêver un soir, mais qui fait se réveiller le lendemain matin avec la gueule de bois.

Peugeot Onyx 01

On a déjà connu ça en d’autres temps avec les Quasar, Proxima, Oxia et autres 907. On pourra désormais ajouter l’Onyx à la liste de ces futiles promesses mortes-nées. Carrosserie aux élans futuristes, dignes des dream-cars de la General Motors des années 60, faite d’un mélange de carbone et de cuivre, profil taillé comme un diamant, face avant grimaçante mangeuse de bitume à des allures hypersoniques : tous les ingrédients de la voiture fantasme ont été convoqués à son chevet. Et pour faire moderne et dans l’air du temps, l’Onyx arbore un habitacle habillé de feutre, et une planche de bord réalisée en « newspaper wood », un bois synthétique fait à base de vieux journaux recyclés.

Peugeot Onyx 05

Inutile de s’attarder sur la motorisation improbable de cet improbable concept car : un V8 hybride diesel de 600 chevaux tout droit sorti des ateliers de Peugeot Sport, où traînait dans un coin un moteur de rechange pour les 908 du Mans. Ben voyons ! Finalement, on préfère rêver sur une Peugeot RCZ, fort joliment restylée, ou encore sa future déclinaison R de 260 chevaux. Parce que, elles, elles sont des rêves bien concrets. Sans gueule de bois au petit matin...

Peugeot Onyx 03

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 13:17

Renault Alpine A110-50 10Tout le monde connaît la légende de Nessie, ce monstre improbable qui hanterait un lac de la mystérieuse Ecosse. Eh bien chez nous c’est pareil. A intervalles réguliers réapparaît le fantôme d’Alpine, immergée dans les eaux profondes de Renault. Il paraîtrait qu’on en a aperçu un nouvel avatar du côté de Monaco. Mais à quand une vraie résurrection sur les routes du Monte Carlo ?

Par Jean-Michel Cravy

Renault Alpine A110-50 17

Alpine, c’est la triste histoire d’une marque de sport française artisanale, créée avec la passion chevillée au corps par Jean Rédélé, championne du monde des rallyes en 1973, rachetée dans la foulée et progressivement euthanasiée par Renault. Qui depuis porte comme un fardeau le poids de sa faute. Et tente à intervalles réguliers de ressuciter la marque défunte. En vain, toujours en vain. Faute d’une véritable volonté, faute d’une véritable culture, faute d’une véritable envie...

Renault Alpine A110-50 06

Il y a peu encore, Carlos Ghosn, le grand patron du groupe multinational Renault/Nissan/Samsung/Lada, nous avais alléchés avec un projet de Berlinette Alpine basée sur une Nissan 370Z, avec naturellement un V6 disposé en central arrière. Bien vu, et pas très compliqué à réaliser. Sauf que ça aurait coûté trois francs-six sous, qui n’auraient pas pu être versés aux avides actionnaires de cette ex Régie jadis Nationale...

Renault Alpine A110-50 02

Et puis, récemment nommé à la tête de la marque Renault, un autre Carlos, Tavarès celui-là, avait affirmé son attachement à la culture et à l’histoire de la marque, et particulièrement son palmarès en compétition, auquel Alpine n’avait pas peu contribué, c’est le moins qu’on puisse dire. Tous les espoirs étaient donc permis.

Renault Alpine A110-50 14

Aussi, quand profitant du glamourous GP de F1 de Monaco, qui n’est pas si loin du Festival de Cannes et de ses paillettes people, Renault nous a annoncé un « concept-car » Alpine A110 pour fêter les 50 ans de la fameuse Berlinette, piloté sur le circuit par Carlos Tavares himself, vous pensez bien qu’on a frétillé. Enfin la voilà, l’héritière tant attendue depuis des lustres ?

Renault Alpine A110-50 07

Eh bien... non ! Hélas... Parce que cette A110-50 Concept n’est qu’un concept car, un de plus, et rien d’autre. Bricolé à la hâte sur un châssis tubulaire issu de la Mégane Trophy de compétition. Doté d’un V6 3.5 « Renault by Nissan » titrant quelque 400 chevaux certes, avec boîte séquentielle de course, et tout et tout. Habillé d’une robe dessinée par Messieurs Yan Jarsalle et Axel Breun, sous la houlette du patron du design Renault, Laurens van den Acker, qui poursuit la déclinaison de son premier manifeste esthétique : la DeZir...

Renault Alpine A110-50 05

Bien ! On pourra toujours gloser sur les trucs et tics stylistiques de la bestiole, ses faux « longue portée » à leds jaunes pour faire comme « dans le temps », et autres discours sur la couleur bleu Alpine revisitée et modernisée... Jolie, pas jolie ? La question n’est pas là.

Renault Alpine A110-50 08

La question est : où est la nouvelle Berlinette Alpine dans ce concept-car ? Nulle part. Imaginons que cette A110-50 soit un jour transposée dans la production, ce qui n’est pas demain la veille... Combien ça coûterait, une machine de 400 chevaux ? Le prix d’une Ferrari ? Hors, l’esprit de la Berlinette de Rédélé, ce n’était pas ça. Pas la course à l’armement, et partant la course aux tarifs stratosphériques que le constructeur français perdrait d’avance. L’A310 puis l’A610, en leur temps, s’y étaient déjà cassé les dents.

Alpine A110 37

L’esprit de la fameuse Berlinette de si belle mémoire, c’était une auto ultra-légère qui compensait une mécanique rustre et basique, issue de la grande série. Tiens, par exemple et au hasard, l’actuel deux litres 200 chevaux d’une Clio RS ferait bien l’affaire pour une véritable Alpine new look. En mode propulsion, naturellement... Mais dans une caisse légère, comme celle d’une Lotus Elise.. ou d’une Berlinette Alpine A110. La vraie ! C’est si compliqué à comprendre, ça ?

Alpine A110 67Et une fois que ce proto à peine déguisé – certainement très excitant à piloter, n’est-ce pas Monsieur Tavares ? - sera rangé et oublié dans le fond d’un hangar, quand est-ce que les dirigeants de Renault cesseront de jouer avec des fantômes, et nous offriront enfin une Alpine. Une vraie, pas juste un fantasme d’un jour pour gogos amateurs de réalité virtuelle...

J.-M. C.

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 23:09

Peugeot n’en fait pas mystère, il produira un petit 4x4 urbain, dans la veine du Nissan Juke. Le concept-car Urban Crossover en est la première ébauche.

Par Jean Bourquin

 

Peugeot-urban4x4-1

 

 

Le Nissan Juke et la Mini Countryman ont ouvert la voie. Introduit, de fait, une nouvelle sous-catégorie automobile. Celle des petits 4x4 dits urbains, pour la définir, une espèce promise à un bel avenir . Pour preuve, on se bouscule déjà au portillon. Premier à ouvrir les hostilités, Opel va lancer le Mokka dans les pattes des deux engins susmentionnés dès cet été, et l'alter-ego de ce dernier chez Chevrolet, nommé Trax, est dans les starting-blocks. D'autres pointures sont également sur les rangs. Volkswagen planche sur un engin que nos confrères de l’Auto-Journal baptisent Canyon, et, pour rester dans le même groupe, Audi donnera à l'A1 une variante 4x4 selon toutes probabilités nommée Q1. Renault, de son côté, envisage très sérieusement de tirer un modèle de série du concept-car Captur vu l’an dernier au salon de Genève, et dans le même temps, Ford prépare la remplaçante à la Fusion, comme l’indique le prototype EcosSport dévoilé au récent salon de New Delhi, en Inde. Bref, ça phosphore…

 

Peugeot-urban4x4-4

Peugeot, une fois n’est pas coutume en ce qui concerne les 4x4, entend bien monter dans le train dès le départ. Le concept-car Urban Crossover Concept montré il y a peu au salon de Pékin en témoigne. Autant le dire de suite, il ne s’agit que d’une première ébauche. Cette étude ne préfigure pas le futur modèle de série tel qu’il sera produit, mais elle donne déjà de précieuses indications. Primo, la 2008, appelons-la comme ça par commodité, s’inscrira bel et bien dans la famille des SUV urbains, à en croire les dimensions de ce concept-car. Compter 4,14 m en longueur, soit, pile poil, la taille du Nissan Juke. Un hasard, peut-être…

 

Peugeot-urban4x4-2

Deuxio, le style range très clairement l’engin dans la galaxie de la 208, laquelle développera forcément plusieurs types de carrosserie dans un avenir plus ou moins proche. D’où l’appellation « 2008 » pour l’heure officieuse. On ne peut, de fait, nier qu’il y a comme un air de famille entre ces deux Peugeot, même si leurs différences sautent aux yeux. Tout en gardant la calandre flottante chère à la marque, le prototype Urban Crossover fait, par exemple, valoir une face avant à la fois plus fine et plus sobre. Moins chargée, à l’image de ses optiques en forme de lame de couteau pointu, à l’opposé des phares « byzantins » de la 208. Les feux arrière, en revanche, adoptent, dans les grandes lignes, le dessin de ceux de la berline, histoire de marquer, malgré tout, l’appartenance à la même famille. Pour le reste, les innombrables bombages et nervures qui sculptent la carrosserie – poupe, flancs, capot – sont propres, on l’imagine, à l’exercice du concept-car, lequel consiste généralement à en faire des tonnes. Il n’empêche, l’ensemble paraît très réaliste, et on ne voit pas très bien pourquoi il faudrait ne pas le garder tel quel. M. Peugeot, c’est très bien comme ça. Ne touchez plus rien. Rien n’est moins sûr, pourtant.

 

Peugeot-urban4x4-3

Voilà où nous en sommes à l’heure où sont écrites ces lignes. Sur la constitution de la future voiture de série, Peugeot ne laisse rien transpirer. On ne sait, donc, si la 2008 sera une extrapolation de la 208, ou, à l’inverse, une variante plus courte de la 4008, elle-même basée sur le SUV Mitsubishi ASX – voir nos archives. Dans le second cas, l’engin devrait alors pouvoir bénéficier d’une transmission 4x4, élément dont il sera probablement privé s’il repose sur la plate-forme de la 208. Comme quoi la question a son importance, étant entendu que l’intérêt d’une transmission intégrale reste à démontrer pour un engin à vocation urbaine.

 

Pour terminer, Peugeot présentera un autre concept-car « 2008 » à l’occasion du prochain Mondial de Paris, à l’automne prochain, sans le moindre doute plus proche de la réalité que cette étude Urban Crossover. Patience, donc.

 

Peugeot-urban4x4-5

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean Bourquin - dans Concept cars
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 12:30

Citroën DS9 13Longtemps il n’y eut que le « 5 » de Chanel pour représenter dans le monde le luxe et le raffinement à la française. Il pourrait bien désormais y avoir aussi le « 9 » de Citroën...

J.-M. C.

 

Citroën n’a pas renoncé, moins que jamais, à reconquérir les sommets qu’avait jadis atteints la mythique DS. La marque aux chevrons a entrepris depuis deux ans d’y parvenir, marche après marche avec sa gamme DS qui s’étoffe régulièrement. DS3, DS4 et tout récemment DS5, toutes ensemble, ont déjà atteint le niveau respectable des 200 000 exemplaires. Mais Citroën n’entend pas en rester là, avec le lancement à court terme d’une berline compacte trois volumes, d’un SUV de luxe et d’une limousine très haut de gamme, en s’appuyant sur le marché chinois, ce dernier Eldorado automobile, pour espérer viabiliser cet ambitieux projet.

Citroën DS9 05

Cette « numéro 9 », qui fait suite à la Métropolis montrée à Shangaï il y a deux ans, a d’abord fait sa star à Paris, du côté de la Place de la Concorde et du Louvre avant d’être officiellement dévoilée au dernier salon de Pékin.

Citroën DS9 08

Il paraît que les Chinois - du moins ceux qui en ont les moyens - sont friands de tout ce qui représente le luxe à la française, sacs « Vuichon » (pour reprendre leur façon de prononcer), foulards Hermès et « numéro 5 » de Chanel en tête.

Citroën DS9 10

Alors une « Numéro 9 » de Citroën qui fait la jonction entre la place de la Concorde à Paris et la place Tian’anmen à Pékin, voilà qui a de la gueule, non ? Même si celle-ci a été il n’y a pas si longtemps le théâtre de sombres évènements que d’aucuns voudraient faire oublier. Une place qui mène à la porte dite de la Paix céleste. Une promesse. Qui reste à tenir... Après tout, acceptons-en l’augure, puisqu’aussi bien, avant que d’être de concorde, la grande place parisienne fut d’abord place de la révolution, là ou roula la tête du dernier représentant d’une autre forme de dictature vouée aux paniers en osier de l’histoire, Louis XVI...

Citroën DS9 06

Cette aparté étant faite, revenons à notre « Numéro 9 ». Un sacré numéro celui-la, imposant, long (4,93 mètres de long) et ramassé (1,27 m de haut seulement), et bâti sur un empattement gigantesque de 3 mètres. Somptueux, tout simplement.

Citroën DS9 15On a beau se penser blasé pour avoir vu des centaines de concept cars plus alléchants les uns que les autres au cours d’une déjà longue carrière. Mais non. Ce « Numéro 9 » fait choc. Par sa grande élégance, la forte charge émotionnelle qu’il dégage, sa puissance stylistique due à Jean-Pierre Ploué, encore lui ! Le Jean-Paul Gaultier, le Karl Lagarfeld de l’automobile...

Citroën DS9 11

On a beau savoir que ce « Numéro 9 » n’est encore qu’un concept, que ce n’est pas encore une vraie future DS9, mais juste le manifeste esthétique des Citroën de demain. On à juste hâte d’y être, à demain.

Citroën DS9 09

Quid de l’intérieur de ce « 9 » ? Rien ne perce sous les épaisses vitres teintées. Et quid de la mécanique ? Il se murmure qu’il s’agirait d’une motorisation hybride, alliant un moteur thermique « small size » (un petit 4 cylindres 1.6 THP) délivrant 225 chevaux, à un moteur électrique de 70 chevaux, agissant lui sur les roues arrière, alimenté par des batteries lithium-ion rechargeables en « plug in ».

Citroën DS9 01Le tout donnant en théorie un 0 à 100 km/h en 5,4 s, un 1000 mètres départ arrêté en 25,3 secondes et une vitesse de pointe de 244 km/h. Largement de quoi tenir le rang d’un très haut de gamme. Tout en n’émettant, ce qui ne gâte rien, que 39 grammes de C02 par kilomètre, et en ne consommant que... 1,7 litre d’essence aux 100 kilomètres ! Un vrai rêve, on vous dit...

Citroën DS9 02

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:13

Bentley EXP 9F Bien qu’aucun d’entre nous soit milliardaire, rien n’interdit de rêver un peu sur l’Aston Martin V12 made by Zagato, la monstrueuse Lamborghini Aventador roadster, le futur SUV Bentley EXP 9F, l’inoxydable Bugatti Veyron en version Vitesse (1 200 ch au garrot !), et deux réinterprétations – discutables - de la McLaren MP4-12C, par Mansori et Gemballa. Bonne balade en vidéo avec Supervroum2…

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:06

Infiniti Emerg-eQue diriez-vous d’un dernier petit tour de salon en vidéo, grâce à notre collaborateur bien connu Supervroum2, histoire de découvrir les concept cars électriques et hybrides ?


Honda NSX, Infiniti Emerg-e, Honda roadster, Toyota FT-Bh, Smart Brabus, Suzuki G7D, toutes ne sont encore que des promesses, sauf la petite Renault Twizy, très bientôt commercialisée.

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 15:59

 

Peugeot 208 GTI 03A peine dévoilée dans ses versions les plus classiques, même pas encore essayée, ni lancée en concession, que voilà la 208 qui se met déjà dans tous ses états : en sportive GTi et en « fashion victim »…

 

Bon d’accord, elles ne se dévoilent pudiquement que sous l’appellation de « concepts ». Mais ces voiles sont plus que transparents, histoire d’aguicher le chaland. A peine la nouvelle 208 a t-elle été annoncée, pas encore essayée (ce que nous n’allons pas tarder à faire, prenez rendez-vous), ni même encore disponible en concessions que la petite dernière de chez Peugeot promet déjà des déclinaisons attirantes.

Peugeot 208 GTI 04

D’abord la GTi. Pas question de laisser le terrain libre à la sœur jumelle –et néanmoins ennemie- la Citroën DS3 Racing. Parce que la GTi est une vieille tradition chez Peugeot, depuis la fameuse 205… GTi, évidemment. Alors si la 207 RC qui a précédé la 208 GTi a fait une carrière en demi-teinte, au point de sortir discrètement par la porte de service dès 2010, rien n’empêchait la marque au lion de remettre le couvert, quand bien même elle vient de mettre les pouces au Mans.

Peugeot 208 GTI 05En tout cas, ce « concept » 208 GTi semble voir rouge (motif à damiers, jantes, sièges, parements d’habitacle, sorties d’échappement). Rien ne dit que la « vraie » GTi aura une mise aussi provocante, histoire d’énerver le pilote qui sommeille en nous tous. Mais à défaut du plumage, on est sûr au moins que le ramage sera bel et bien à la hauteur : voies élargies de 36 mm, moteur 1.6 THP porté de 175 à 200 chevaux, comme dans la Peugeot RCZ ou la 308 GTi. Le poids en moins évidemment, qui devrait lui garantir performances et maniabilité sur petites routes.

Peugeot 208 XY 1

La XY ensuite. Là, on se doute bien que l’appellation de cette version chico/luxe ne restera pas « née sous X », que de série la future « fashionista » des beaux quartiers sera baptisée comme il convient. « 16e arrondissement » ? « Neuilly-Auteuil-Passy » ? Pourquoi pas après tout…Telle qu’elle sera présentée à Genève, en attendant une commercialisation à l’automne, aux alentours du Mondial de Paris, comme la GTi, la XY, posée sur les voies élargies de sa frangine sportive, arbore une peinture fushia faite de 16 couches de peinture et de vernis, des sièges en cuir plissé gris nacré dans un habitacle tendu de cuir pourpre.

Peugeot 208 XY 2On retrouve même du cuir sur la calandre ! La grande classe, comme disent les comparses de « la vérité si je mens »… Côté mécanique, ce sera du raisonnable, avec un diesel 1.6 e-HDi de 115 chevaux. Bien suffisant pour frimer en ville, non ?

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

 

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 16:55

Citroën DS4 Racing 02Après la DS3 Racing… voilà la future DS4 du même métal. Avec 54 chevaux de plus ! D'accord, ce n'est encore qu'un "concept", mais la vraie arrivera à la rentrée. Telle quelle. ça va décoiffer !

 

Dans la gamme DS de la marque aux chevrons, c’est sans doute celle qui nous avait le moins convaincus, haut perchée qu’elle est, hésitant entre une berline et un mini SUV. Avec cette prochaine version survitaminée, qui sera dévoilée à Genève et mise sur la route à l’automne, la DS4 retrouve une assiette beaucoup plus séduisante, avec son châssis abaissé de 35 millimètres.

Citroën DS4 Racing 05

Si on y ajoute de larges ouïes supplémentaires encadrant une large bouche noire, des ailes gonflées pour recevoir des voies très élargies (55 mm à l’avant, 75 mm à l’arrière, rien que ça !), une jupe de bouclier avant et un diffuseur d’air à l’arrière, cette DS4 version Racing adopte une allure carrément méchante.

Citroën DS4 Racing 04

Mais cette DS4 Racing « Concept » (entendez par là : « c’est pas la vraie, mais c’est la vraie quand même »), ce n’est pas que de la gueule. Citroën annonce la bagatelle de 256 chevaux, tirés du petit quatre cylindres 1.6 THP maison, et des gros disques de freins à quatre pistons, de 380 mm à l’avant. Ça devrait donc accélérer très fort, et freiner tout aussi fort ! Quand on pense que la DS3 Racing se contente d’à peine plus de 200 chevaux…

Citroën DS4 Racing 03On imagine bien que les ingénieurs Citroën, qui ont une large expérience de la compétition, ont cuisiné le châssis et le reste aux petits oignons. Mais ça ne nous étonnerait pas que Sébastien Loeb lui-même ait mis lui aussi la main à la pâte. On verra, à l’automne, si le touché de route y est comme on l’espère…

 

Et pour autant, malgré une puissance spécifique de 160 chevaux au litre qui en fait la Citroën de série la plus puissante du catalogue, cette débauche de chevaux n’ont pas été obtenus au détriment de la conso, qui promet de se limiter à 6,5 litres aux 100 (si l’on est sage, mais comment rester sage au volant d’une telle provocation ?) et à des émissions de CO2 de 155 g/km seulement, ce qui ne vaudra à la DS4 Racing qu’un petit malus de 500 €.

Citroën DS4 Racing 01

Bref, les Renault Mégane RS, VW Scirocco R, Ford Focus ST et autres Opel Astra OPC vont trouver à qui parler. Voilà en tout cas un beau match en perspective…

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 00:10

  Il en était question depuis un certain temps déjà, et voilà, c'est fait. Honda ressuscite sa mythique sportive NSX, sous forme de concept-car pour l'heure et sous le badge Acura. Motorisation hybride d'un genre particulier au programme.

 

Honda-NSXConcept-1

La NSX, pour nos lecteurs qui ne la connaîtraient pas, c’était une gueule de supercar qui ne mentait pas sur la marchandise, un environnement qui vous mettait dans l’ambiance, une précision de conduite diabolique, des commandes en rapport, la direction comme celle de la boîte de vitesses, et, surtout, un V6 placé en position centrale arrière dont le chant vous emplissait les oreilles sans jamais vous en lasser. Septième ciel garanti, à des prix très compétitifs pour une auto de cette espèce.

 

Honda-oldNSX
Cylindrées et puissances – jusqu’à 297 ch – ont varié au fil de ses quinze ans d’histoire, mais le refrain était toujours le même : une aiguille du compte-tours qui partait comme une flèche à la moindre sollicitation de l’accélérateur, une poussée phénoménale qui vous faisait remonter l’estomac dans le gosier, mais aussi une inattendue douceur de fonctionnement en utilisation courante. En clair, la NSX n’était pas une sportive caractérielle, elle était facile à conduire et se montrait même, à l’occasion, confortable. Elle nous manque, depuis sa disparition en 2005. Depuis que Honda n’avait pas jugé bon de la remplacer.

 

Honda-NSXConcept-2

Il suffisait d’attendre. Longtemps, certes. Sept ans, c’est quand même bien long. Mais cela valait le coup de patienter, à en croire le concept-car Acura NSX Concept dévoilé ces derniers jours au salon de Detroit. Pourquoi Acura, au fait ? Parce qu’il s’agit de la marque de luxe de Honda, et que celle-ci est réservée au marché nord-américain avec une fabrication sur place. Sa gamme, entre parenthèses, est composée de modèles qui lui sont spécifiques. Dit autrement, les Acura ne sont pas des Honda rebadgées. Du coup, on peut légitimement se poser la question de savoir si la voiture de série qui naîtra de ce concept-car, au plus tard dans trois ans, sera exportée en Europe. Réponse : nous n’en savons rien, à cette heure. Par prudence, on va dire que Honda ne nous fera pas ce coup-là. Il lui suffira de changer le badge de l’auto. L’exercice est à sa portée.

 

Honda-NSXConcept-4

En elle-même, l’étude présentée à Detroit se tient dans la droite lignée de la NSX historique. Elle garde, premièrement, toujours une silhouette de super-car, dessinée au goût de jour comme en témoigne la multiplication des angles vifs. Le résultat est superbe, à la fois moderne et fidèle au mythe, et surtout réaliste. On n’a pas ici affaire à un concept-car « de foire », et il est à peu près certain que la future NSX ressemblera à ça, en affichant la même taille, soit un peu plus de 4,30 m. Autre tradition respectée à la lettre, l’emplacement du moteur derrière l’habitacle, et il s’agit toujours d’un V6 dont on ne sait par ailleurs strictement rien à part le fait qu’il recourt à l’injection directe. Sa puissance ? Bonne question, mon bon monsieur…

 

Honda-NSXConcept-7

De fait, Honda a abandonné l’idée d’équiper sa super-sportive d’une grosse mécanique, comme il l’avait fait il y a cinq ans sur un précédent concept-car déjà censé préfigurer la NSX du renouveau et dévoilé au même salon de Detroit. Il s’agissait alors d’un V10, rien de moins. Le constructeur préfère ce coup-ci privilégier le rapport poids/puissance, en faisant appel à des matériaux légers pour l’ensemble de la structure, sans plus de précision là encore. Il n’en reste pas là, on s’en doute.

 

Honda-NSXConcept-6

Ce mystérieux V6 est en effet secondé par trois moteurs électriques, dont deux placés à hauteur de chacune des deux roues avant et chargés de les entraîner. Tout en répartissant le couple entre elles de manière indépendante, selon un procédé dit Bilateral Torque Adjustable Control System – pas besoin de traduire... Pour faire très, très court, la roue opposée à celle qui est en appui rajoute du couple pour mieux aider la voiture à s’inscrire dans le virage, avec à la clef une agilité que l’on suppose surnaturelle. J’en connais quelques-uns qui vont adorer ça ! Conclusion, la NSX est une hybride d’un genre un peu spécial et c’est aussi une intégrale. Le troisième moteur électrique est quant à lui intégré à la boîte de vitesses et il a pour missions d’épauler le V6 pour réduire sa consommation, un grand classique chez Honda. Une boîte robotisée à double embrayage, utile précision, comme cela se pratique désormais de nos jours.

 

Honda-NSXConcept-3

Voilà, nous avons fait le tour de la question. Il ne nous reste plus qu’à nous armer de patience avant de prendre connaissance de la future voiture de série. Au moins sommes-nous sûrs qu’elle verra le jour, et c’est déjà beaucoup.

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Concept cars
commenter cet article

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives