Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 14:03

La Yaris se bonifie avec le temps. La troisième génération en témoigne, elle qui cumule les bons points et présente peu de faiblesses, au demeurant vénielles. Une voiture comme Toyota en a le secret, réussie mais sans génie particulier pour mériter la mention « très bien ».

Par Jean Bourquin

 

 

Toyota-Yaris-action1

 

Nous l’avons dit dans un premier compte-rendu, la Yaris a grossi, comme c’est la tendance. Pas de manière inconsidérée, certes, contrairement à certaines de ses rivales qui dépassent désormais les 4 mètres en longueur, mais suffisamment, en tout cas, pour offrir un volume habitable en très net progrès, par rapport à sa devancière. Sur le fond, la petite Toyota reste donc une citadine peu encombrante, la qualité première pour ce genre automobile, étant rappelé qu’elle mesure 3,89 m en longueur.

 

Toyota-Yaris-action3

 

Elle est de ce fait plus courte que ses concurrentes les plus évidentes, les Citroën C3, Ford Fiesta, Kia Rio nouvelle formule, Peugeot 207, Renault Clio et VW Polo, ce qui n’est pas forcément un désavantage à l’heure de garer la voiture dans une rue du XXeme arrondissement de Paris. Et avec un diamètre de braquage limité à 9,4 m, ça le fait très bien. Sur les fondamentaux de l’espèce, la nouvelle Yaris répond donc parfaitement aux attentes. Premier bon point.

 

Toyota-Yaris-intérieur1

Au sujet de l’habitabilité, ce qui compte de toute manière, c’est la valeur de l’empattement, et de ce côté-là, la Yaris « cru 2011 », avec ses 2,51 m à cet endroit, se situe aux avant-postes de son segment. Comme attendu, elle est accueillante, dans des proportions généreuses, notamment aux places arrière où l’espace accordé aux jambes appelle le même adjectif. Idem en largeur et en hauteur. Bref, on respire à bord de cette citadine, un atout majeur là encore.

 

Toyota-Yaris-coffre2

Les clients de l’actuelle mouture seront toutefois déçus d’apprendre que la banquette ne coulisse plus, mais ce n’est pas bien grave, vu le peu d’usage que l’on fait de cette fonctionnalité au quotidien. Le coffre emmagasine lui 286 dm3, une valeur élevée pour la catégorie et ce faisant, d’autant plus remarquable si on la rapporte aux dimensions de la voiture. Seul hic, le plancher n’est pas tout à fait plat quand on rabat, en deux parties inégales, la banquette. A cette remarque mineure près, nous accordons de bon cœur le second bon point, à ce moment du récit.

 

Toyota-Yaris-coffre1

Au chapitre suivant, d’aucuns de nos confrères regrettent l’originalité de la présentation intérieure de la Yaris actuelle, marquée entre autres par l’emplacement de l’instrumentation au centre de la planche de bord, instrumentation elle-même peu banale avec son miroir réfléchissant les informations, plongées tout au fond de ladite planche de bord. Désolé, nous ne sommes pas du nombre. Le retour à une organisation classique, horizontale, et à des compteurs placés devant le conducteur a ceci de bien qu’il permet une ergonomie rationnelle et une lecture immédiate.

 

Toyota-Yaris-PDB2-copie-1

En d’autres termes, ça facilite la vie et ça repose les yeux, d’autant plus que Toyota n’a commis aucune faute d’ergonomie. Tout est à la place attendue, à portée de main. Mieux : le volant réglable dans les deux sens, certes sur une amplitude limitée en profondeur, intègre la dotation de série, avec à la clef une position de conduite n’appelant guère la critique. A mon goût, j’aurai apprécié un pédalier encore plus éloigné, mais c’est un avis très personnel. Et pour finir en beauté, le siège, plus épais qu’à l’ordinaire pour une citadine, est confortable et bien dessiné. En résumé, la nouvelle Yaris est une petite voiture agréable au quotidien. Zéro faute, et troisième bon point à son actif.

 

Toyota-Yaris-PDB1-copie-1

Il y a quand même quelque chose qui cloche : la qualité des matériaux utilisés. Il y a bien une matière moussée pour couvrir en partie la planche de bord – à partir de la seconde finition dite Dynamic -, mais, dans le genre et dans la catégorie, on a connu plus soyeux et plus flatteur. Les plastiques rigides – couvercle de la boîte à gants, contre-portes, bas de sièges, etc. - semblent dater d’une autre époque, la faute à leur aspect « low cost ». Il faut bien faire des économies quelque part, même si la finition en elle-même n’est pas en cause, tout cela étant assemblé avec la rigueur requise. Reste qu’à l’item « qualité perçue », la concurrence, dans sa majorité, fait mieux. Seul et unique point négatif.

 

Toyota-Yaris-statique3

C’est à Copenhague que Toyota nous a emmenés essayer la Yaris. C’est très joli, Copenhague, surtout le Tiergarten la nuit, où nous avons dîné dans un cadre sympa. L’ennui, c’est que les routes de la région sont toutes droites et que les virages s’y font donc rares. En plus, rouler dans ces zones urbaines ne serait-ce qu’aux vitesses réglementaires en France relève de l’exploit. Voilà qui complique la tache du journaliste-essayeur de base, mais bon, nous en avons vu d’autres, et nous pouvons donc d’ores et déjà affirmer, sans risque de nous tromper, que la nouvelle Yaris profite d’un amortissement de première classe. La suspension filtre grosses et petites aspérités avec l’art et la manière, elle ne trépide jamais et la caisse ne rebondit pas. En résulte un confort de marche d’excellente facture, comme il sied à une voiture fabriquée… en France, mais oui ! Un confort à peine altéré par les émissions sonores du moteur, diesel itou, et seuls se laissent entendre, en quelques occasions, les bruits de roulement.

 

Toyota-Yaris-action6

Pour le reste, à savoir le comportement proprement dit, rien de particulier à signaler en tenant compte des conditions de l’essai. La Yaris est bien posée sur ses roues, elle est saine et sécurisante, bonne freineuse qui plus est. La direction est légère, mais sans excès, et elle offre toute la précision nécessaire. Nous avons même détecté un soupçon d’agilité sur la finition Style, cette exécution de la Yaris bénéficiant de réglages de suspension spécifiques, dans le sens de la fermeté et quel que soit le moteur concerné. Les jantes sont dans ce cas des 16 pouces. Quatrième bon point, au bout du compte.

 

Toyota-Yaris-action4

Sur les trois motorisations proposées – deux essence, un diesel -, nous en avons essayé deux, le quatre-cylindres essence 1.3 VVT-i de 99 ch et le diesel 1.4 D-4D de 90 ch. Le premier demande à être cravaché tant il manque de répondant à bas et moyen régimes – les 125 Nm de couple se libèrent à 4 000 tr/mn, à titre indicatif - et la boîte CVT (variation continue, avec sept rapports présélectionnés) qui lui est à l’occasion associée à la fâcheuse tendance de lui « manger » une grosse poignée de chevaux. La boîte méca à six rapports reste préférable, en sachant qu’entre ces deux transmissions, consommation et émissions sont quasiment identiques – voir les fiches ci-dessous.

 

Toyota-Yaris-action5

Le système stop & start est ici livré en série, tout comme sur la Yaris 1.4 D-4D équipée de la boîte mécanique, laquelle boîte fait valoir une commande très agréable à manipuler. Guidage sans faille, verrouillages fermes, débattements courts, la totale… Ce diesel, en lui-même, fait très bien l’affaire. Il est rond, il répond présent à bas régime, il a la pêche aux conduites courantes, il boit peu et il ne casse pas les oreilles. Mention bien, au final, et cinquième bon point à mettre au crédit de la Yaris. Que vaut le trois-cylindres 1.0 de 69 ch ? Nous vous le dirons une autre fois, étant précisé qu’il ne manque pas de tonus quand il lui faut emmener la petite sœur de la Yaris, alias Aygo.

 

Toyota-Yaris-statique1

Et voilà, c’est terminé. Et de conclure que la nouvelle Yaris est une voiture bien sous tous rapports, un bon outil pour un usage quotidien, qui nous bien plu lors de cette première prise en main. Sans nous faire crier au génie, toutefois. Il lui manque juste un peu de piment, de saveur, pour sortir du lot. Sans pour autant sombrer dans l’anonymat, par la grâce d’une ligne que je trouve, pour ma part, très réussie. Traits tendus et autres angles vifs donnent à cette citadine toute la personnalité nécessaire pour séduire la clientèle urbaine visée. La bonne mesure pour une carrière commerciale qui s’annonce prometteuse.  En bref, tout indique que la nouvelle venue devrait sans problème s’inscrire dans les pas de ses devancières. La richesse de l’équipement fourni, peu courante à ce niveau de gamme, devrait aider. Les prix restent malgré tout dans la norme. Voir le détail ci-dessous.

 

Toyota-Yaris-usine-copie-1

 

Un petit « cocorico » avant de nous quitter, même si ce n’est pas trop le genre de la maison. Nous n’oublions pas que la Yaris est une française d’adoption, et qu’elle se vend bien aussi pour cette raison, outre ses qualités intrinsèques. Un succès qui revient comme un boomerang dans la figure de nos constructeurs nationaux, qui font fabriquer leurs petites voitures ailleurs qu’en France – en collaboration avec Toyota en ce qui concerne PSA Peugeot-Citroën, pour le trio 107/C1/Aygo, ironie de l’histoire…. Les produire ici ne serait pas rentable, paraît-il, d’où l’impérieuse nécessité de délocaliser. La Yaris prouve exactement le contraire. Cela devait être dit.

J. B.

 

LA FICHE TECHNIQUE

 

Toyota-Yaris-statique2

 

Les données générales

 Longueur x largeur x hauteur : 3,89 x 1,70 x 1,51 m

Empattement : 2,51 m

Coffre : 286 dm3

Transmission : aux roues AV

Assistance de direction : électrique

Freins AV/AR : disques ventilés/tambours (disques pleins sur finition Style)

 

Yaris 1.0 VVT-i

Moteur : 3 cylindres essence, 998 cm3

Puissance : 69 ch à 6 000 tr/mn

Couple : 93 Nm à 3 600 tr/mn

Boîte de vitesses : mécanique à 5 rapports

Poids : 950 kg

Vitesse maxi : 155 km/h

 0 à 100 km/h : 15,3 sec.

Conso urbaine/extra-urbaine/mixte : 5,7/4,2/4,8 l/100 km

Rejets de CO2 : 110 g/km

Bonus : 400 €

 

Yaris 1.3 VVT-i

Moteur : 4 cylindres essence, 1 329 cm3

Puissance : 99 ch à 6 000 tr/mn

Couple : 125 Nm à 4 000 tr/mn

Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports/CVT à 7 rapports présélectionnés, avec commande séquentielle

Poids : 1 005 kg

Vitesse maxi : 175 km/h

0 à 100 km/h : 11,7 sec.

Conso urbaine/extra-urbaine/mixte : 6,4/4,5/5,2 l/100 km (CVT : 5,7/4,5/5)

Rejets de CO2 : 120 g/km (CVT : 114)

Ni bonus ni malus

 

Yaris 1.4 D-4D

Moteur : 4 cylindres turbo-diesel, 1 364 cm3

Puissance : 90 ch à 3 800 tr/mn

Couple : 205 Nm à 1 800 tr/mn

Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports/robotisée à 6 rapports

Poids : 1 035 kg

Vitesse maxi : 175 km/h

0 à 100 km/h : 10,8 sec.

Conso urbaine/extra-urbaine/mixte : 4,8/3,4/3,9 l/100 km (BVR : 4,8/3,5/4)

Rejets de CO2 : 103 g/km (BVR : 105)

Bonus : 400 €

 

LA GAMME

 

Toyota-Yaris-équipement1

 

Yaris 1.0 VVT-i 3 portes

- Active : 12 900 € ; Dynamic : 14 400 €

- 5 portes : + 500 € à chaque finition

 

Yaris 1.3 VVT-i 3 portes

- Dynamic : 15 400 € ; Style : 16 250 € ; Lounge : 16 900 €

- CVT : + 1 150 € à chaque finition

- 5 portes : + 500 € à chaque finition, CVT comprise

 

Yaris 1.4 D-4D 3 portes

- Active : 15 200 € ; Dynamic : 16 700 € ; Style : 17 550 € ; Lounge : 18 200 €

- BVR : + 850 € à partir de la finition Dynamic

- 5 portes : + 500 € à chaque finition, BVR comprise

 

LES PRINCIPAUX EQUIPEMENTS

 

Toyota-Yaris-équipement2


Active

- ABS avec répartiteur de freinage et aide au freinage d’urgence ; antidérapage VSC (ESP) ; airbag genoux conducteur ; autoradio-CD MP3/WMA avec commandes au volant, prises USB/iPod et 6 HP ; banquette rabattable 60/40 ; jantes en acier 14 pouces ; siège conducteur réglable en hauteur ; vitres AV électriques ; verrouillage centralisé et télécommandé ; volant réglable en hauteur et profondeur.

- Climatisation manuelle : 1 000 €.

 

Dynamic (en plus)

- Climatisation manuelle ; compte-tours ; combiné multimédia avec écran tactile 6,1 pouces et caméra de recul ; jantes en acier 15 pouces ; planche de bord moussée ; régulateur/limiteur de vitesse (sur 1.3 VVT-i uniquement) ; volant cuir.

- Pack Confort (capteurs de pluie et de luminosité, climatisation automatique bizone, rétro électrochrome, rétros dégivrants) : 550 €.

- Pack Skyview (antibrouillards, toit panoramique) : 500 €.

- Toyota Touch & Go (navigateur GPS avec connexion à Internet) : 600 €

 

Style (en plus)

- Accoudoir conducteur sur 5 portes ; antibrouillards ; becquet de toit ; jantes alliage 16 pouces ; sellerie mi-cuir ; vitrage AR surteinté.

- Pack Confort : 550 €

- Toit panoramique : 450 €

- Toyota Touch & Go : 600 €

 

Lounge (en plus)

- Accès et démarrage sans clef ; climatisation automatique bizone ; vitres AR électriques sur 5 portes.

- Sur cette finition, le becquet de toit, la sellerie mi-cuir et le vitrage AR surteinté disparaissent. Les jantes sont en alliage, mais de 15 pouces.

- Pack VIP (sellerie mi-cuir, vitrage AR surteinté, toit panoramique) : 850 €

- Toyota Touch & Go : 600 €

 

Toyota-Yaris-intérieur2

 

OPTIONS COMMUNES A TOUTE LA GAMME

 

- Peinture métallisée : 430 €

- Radars de stationnement AR : 300 €

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Essais japonaises
commenter cet article

commentaires

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives