Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 11:41

 


Certes, les Japonais (Toyota en tête, avec sa première Prius lancée en 1997, suivi par Honda) ont pris une grosse longueur d’avance en manière de motorisations hybrides. Les Européens ne pouvaient rester plus longtemps à la traîne. Et c’est Mercedes qui tire le premier. Fidèle à sa politique, comme jadis avec l’ABS, c’est en commençant par le haut, avec une grosse Classe S.

En attendant des initiatives plus… démocratiques. Mais c’est déjà un bon début.

Par Jean-Michel Cravy

Depuis le temps que les Japonais se sont fait les champions de la motorisation hybride… Sans rival sérieux côté occidental. Douze ans, il aura fallu attendre douze ans !

 

Certains constructeur européens, certes, avaient depuis pas mal de temps affiché leur intention d’y venir (BMW, Volkswagen, pour n’en citer que quelques-uns). Parce que c’est une transition nécessaire vers l’après-pétrole, en attendant mieux.

 

Et c’est donc Mercedes qui, le premier, se pose en challenger européen des pionniers japonais. En n’empruntant pas la voie de la diffusion massive à la Toyota, mais plutôt en se positionnant face à sa division de luxe, Lexus, avec sa grosse Classe S. Un premier pas, donc, qui ne concernera pas précisément le plus grand nombre, avec une voiture diffusée en moyenne à 1 000 exemplaires par an en France, mais un premier pas tout de même.

 

La S 400 Hybrid, lancée au début de l’été en même temps que le restyling général de la Classe S, fait en tout cas bien plus qu’un simple succès d’estime puisqu’elle représente déjà un tiers des ventes du porte drapeau de Mercedes, en mordant même sur les motorisations diesel !

Avant d’aller à l’essentiel, évacuons tout de suite le léger lifting dont a fait l’objet la Classe S : une grille de calandre en forme de flèche plus prononcée, des projecteurs bi-xénon désormais en série, des boucliers avant et arrière redessinés, les inévitables feux à LED, un intérieur plus raffiné encore pour améliorer la qualité perçue, un volant en cuir Nappa pour toutes les finitions, un équipement général enrichi. Toutes choses bienvenues, mais qui ne changent pas fondamentalement la personnalité et l’attractivité naturelle de cette grande auto de classe.

Venons-on plutôt à cette fameuse motorisation hybride. Une S 400 Hybrid, c’est une S 350 V6 secondée par un petit moteur électrique à courant triphasé, qui prend place entre le V6 et la boîte automatique à 7 rapports, délivrant 20 chevaux supplémentaires (et aussi un couple de démarrage de 160 Nm), pour offrir une puissance combinée de 300 chevaux, et un couple maxi de 385 Nm.

 

C’est évidemment mieux qu’une S 350 classique… mais pour une consommation en très nette baisse ! Ainsi la consommation moyenne d’une S 400 Hybrid s’établit-elle à 7,9 l/100, soit 27 % de moins que celle d’une S 350. Mieux : le gain en ville est de l’ordre de 36 %, avec seulement 10,7 litres aux 100, contre 14,6 dans la S 350. Quand on se souvient du poids (une tonne 900) et du gabarit d’un tel engin (5,10 mètres de long), on peut dire que c’est un bel exploit, et Mercedes peut à raison revendiquer pour sa S 400 Hybrid le titre de « berline de luxe à moteur essence la plus sobre ».

Les émissions de CO2 ne sont pas en reste, puisqu’elles chutent de 234 g/km pour une S 350 à 186 pour cette version hybride. Avec à la clé un malus réduit à 750 € (contre 1 600 € pour la S 350), et une base de calcul pour la TVS à destination des entreprises carrément divisée par deux.

 

Et à la conduite, le système est totalement transparent. Hormis le petit surcroît de pêche par rapport à une classique S 350, le conducteur ne s’aperçoit de rien (hormis une information au tableau de bord sur la gestion du système), et n’a qu’à profiter des performances de sa belle auto, et les passagers de l’ambiance luxueuse et raffinée du vaste habitacle.

 

Le tout dans un grand silence de fonctionnement. Et pour se distraire, on pourra toujours faire l’inventaire des équipements dont est équipée cette S 400 Hybrid. Entre autres : contrôle de pression des pneus, caméra de recul, détecteur d’angle mort, avertisseur de franchissement de ligne couplé à un rappel des limitations de vitesse au tableau de bord, interface multimedia qui demande toujours une certaine pratique pour qu’on la trouve… pratique. Mais tout ça, c’est la routine des autos de luxe.

 

Plus intéressant : le conducteur pourra toujours expliquer avec fierté que contrairement aux Lexus hybrides, le moteur électrique de sa Mercedes est toujours en charge pour seconder le moteur thermique, et que la batterie qui alimente le moteur électrique est un module lithium-ion, comme sur n’importe quel téléphone portable, mais là, c’est une première mondiale en matière d’automobile.

 

Bien plus performante que les traditionnelles batteries nickel métal hydrure de la concurrence, avec une densité énergétique 19 fois supérieure, cette batterie est tellement compacte et légère (27 kilos seulement) qu’elle a pu être logée dans le compartiment moteur. Ce composant, par ailleurs alimenté par l’énergie récupérée au freinage, fait également office d’alterno-démarreur, de sorte que la S 400 Hybrid bénéficie d’une fonction Stop&Start, qui permet de couper automatiquement le V6 au feu rouge, et de le redémarrer au feu vert.

 

Incontestablement, si Mercedes est arrivé sur cette technique hybride avec beaucoup de retard sur les concurrents japonais, du moins le constructeur souabe en a t-il tiré profit pour prendre le temps de la réflexion pour développer une technologie plus évoluée.

 

Et combien ça coûte tout ça ? Cher ! Mais pas cher comme une motorisation hybride : cher comme une Mercedes Classe S, ça n’est pas pareil… La S 400 Hybrid est tarifée 92 300 € (et 97 700 € en version limousine). C’est une belle somme, mais c’est à peine 1 740 € de plus qu’une S 350. Et compte tenu de la différence de malus, c’est à peine 2 % de plus… à équipement de série supérieur !

 

Voilà : Mercedes fait la preuve qu’une motorisation hybride à surcoût raisonnable est possible. Reste à en faire la démonstration sur des modèles plus démocratiques. On attend…

J.-M. C.


Mercedes S 400 Hybrid

Fiche technique

Moteur thermique : V6 3 498 cm3

Puissance : 279 ch

Moteur électrique courant alternatif triphasé à batterie lithium-ion

Puissance : 20 ch

Puissance cumulée : 299 ch

Couple cumulé : 385 Nm

Boîte de vitesses automatique 7G-Tronic 7 rapports

0 à 100 km/h : 7”2 s

Vitesse maxi (bridée électroniquement) : 250 km/h

Consommation mixte : 7,9 l/100 km

Emissions CO2 : 186 g/km

Budget

Tarif : 92 300 € (berline) – 97 700 € (limousine)

Ecart de prix entre  S 350 et S 400 Hybrid : 1 740 €

Malus : 750 € (S 350 : 1 600 €) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Essais allemandes
commenter cet article

commentaires

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives