Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 09:37

Il y a 4x4 et 4x4. Ceux qui peuvent et ceux qui peuvent moins. La Panda 4x4 est de ceux qui peuvent beaucoup, autant et même parfois mieux que les tout-terrain certifiés et nettement plus chers. Nous l'avons vérifié sur le terrain ad-hoc et dans la neige. Essai enthousiaste de ce qui s'apparente à une petite merveille.

Par Jean Bourquin

 

Fiat-Panda4x4-action7

 

Depuis le début de la saga il y a plus de trente ans, la Panda 4x4 est un modèle en soi, et non pas une simple variante de la berline déguisée en aventurière de salon. Elle a sa propre raison d'être, sa propre identité qui la range parmi les tout-terrain au sens premier du terme, et c'est encore plus vrai avec la nouvelle génération. Le fait est, Fiat a accentué le côté « 4x4 » de l'affaire, comme en témoignent les sabots de protection des soubassements en aluminium auxquels n'avait pas droit la précédente mouture. Ils ne sont pas là pour faire joli, soyez en sûrs.

 

Il faut dire que, dans sa forme même, la Panda a des prédispositions pour la chose. Ses roues placées aux quatre coins réduisent ses porte-à-faux à presque rien, avec à la clef des angles d'attaque et de fuite par nature avantageux, surtout le second – voir les valeurs ci-dessous. Du coup, Fiat n'a pas besoin de trop réhausser la garde au sol, laquelle se limite sur cette nouvelle génération à 16 cm avec le moteur diesel 1.3 de 75 ch et 15 cm sur avec le bicylindre essence 0.9 de 85 ch. L'empattement par définition court fait le reste, l'ensemble donnant au final un angle ventral de 21 ° proche de ce que proposent en la matière les SUV les plus aptes à la pratique tout-terrain. Le petit gabarit de la voiture et le poids réduit qui en résulte sont autant d'atouts supplémentaires, cela va de soi.

 

Fiat-Panda4x4-détail1

 

Fiat greffe là dessus une transmission intégrale de son cru et, quelque part, assez novatrice. Grosso modo, l'article se compose d'un coupleur hydraulique placé devant le différentiel arrière, lequel fait office de différentiel central et se charge de répartir la force motrice entre les deux trains roulants de manière variable, jusqu'à 50 % de chaque côté y compris sur route sèche en cas de forte accélération – en sortie de virage, par exemple. Et histoire de ne pas faire les choses à moitié, Fiat ajoute un dispositif dit ELD que l'on apparente à de manière un peu rapide à un blocage du différentiel central. Le fait est, fixe alors la répartition de la force motrice entre les deux essieux à 50/50, mais dans le même temps, désactive l'antipatinage, agit sur l'ABS et l'ESP, fourni en série par la force des choses, et partant de là, transfert le couple roue par roue, selon les besoins. C'est le conducteur qui l'enclenche, le dispositif restant alors activé jusqu'à 50 km/h. Voilà pour le coup une transmission intégrale originale, qui, nous le verrons par la suite, s'avère très efficace, les pneus M+S livrés d'office aidant.

 

Pour terminer les présentations, le bicylindre essence est associé à une boîte de vitesses mécanique à six rapports, un luxe auquel n'ont pas droit les autres Panda équipées du même moteur, y compris la Trekking. Fiat donne de cette manière à la Panda 4x4 essence une première courte pour compenser la minceur du couple. Le diesel, pour sa part, garde sa boîte à cinq rapports, la quantité de couple délivrée lui permettant de se passer d'un premier rapport écourté, d'après le constructeur. Enfin, la Panda 4x4 reçoit en guise de suspension arrière un pont de torsion qui lui est spécifique. Ladite suspension est assouplie, cela va sans dire, histoire d'accroître ses débattements. Fiat n'a rien oublié.

 

Fiat-Panda4x4-action5

 

En action, cela donne quoi ? Pour le savoir, direction Saint-Dié-les-Vosges et le terrain dédié à la pratique 4x4 situé à côté du circuit de la cité vosgienne, qui accueille une épreuve du Trophée Andros chaque année. Il neige et ça « gadouille » à souhait. Sur les parties praticables, la Panda 4x4 emmenée par le moteur essence 0.9 TwinAir avance comme à la parade. Grandes flaques et champs de boue sont traversés en seconde, sans que la voiture se permette le moindre écart, et c'est sur un filet de gaz qu'elle passe à gué avec l'assurance des meilleurs 4x4. Encore faut-il faire attention aux plaques de glace qui trainent ici et là...

 

Viennent les exercices de franchissement proprement dit, avec notamment croisement de pont en dévers et sol meuble pour corser le tout. Là, l'esprit sain se dit, que, non, décidément, cela ne va pas le faire. Pour ma part, je ne riquerai pas les roues du premier SUV venu dans une épreuve pareille. Raté, la Panda 4x4 progresse à la condition de ne pas faire ce que l'on fait habituellement dans ces cas là au volant d'un 4x4 normalement constitué, en forçant le passage et en contre-braquant quand l'engin part en glisse. Bien au contraire, il faut y aller tout doux en gardant les roues bien droites et laisser faire l'électronique. Laquelle se débrouille toujours, à un moment donné, pour donner le grip nécessaire à la bonne roue, si l'on a pris soin d'actionner la fonction ELD. Résultat, la Panda 4x4 s'en tire avec les honneurs, elle est capable de grandes choses et partant du principe que qui peut le plus peut le moins, elle saura faire merveille dans les chemins que d'aucuns jugeraient, à première vue, impraticables. C'était le sens de la démonstration organisée par Fiat.

 

Fiat-Panda4x4-action2

 

Retour sur la route, celle qui mène au col de la Sclucht, couverte d'une épaisse couche de neige bien damée. Stable, imperturbable, jamais désunie – pour la faire dériver, il faut y aller de bon cœur -, la Panda 4x4 rassure, met en confiance et permet d'avancer à bonne allure dans les limites qu'impose la prudence. Elle est ici dans son élément tant elle semble faite pour ça, ce qui est d'ailleurs le cas. Ce n'est un secret pour personne, les montagnards adulent depuis toujours celle que l'on nomme affectueusement le « petit cabri », et la nouvelle génération ne risque en aucun cas de les décevoir. Les concessionnaires de Briançon, Tarbes, Mende et Pontarlier, s'il en existe dans ces villes, se frottent déjà les mains.

 

Reste le goudron, là où la Panda 4x4 passera tout de même le plus clair de son temps. Premier constat, la petite Fiat offre un confort de roulage supérieur à celui de ses sœurs de gamme, la suspension assouplie et les pneus à flanc haut (175/65 R 15) expliquant en grande partie le phénomène. Petits et gros chocs sont aborbés avec l'art et la manière, et dans le même temps, la voiture ne se laisse pas aller à d'intempestifs mouvements de caisse. Le roulis est bien contenu, la Panda 4x4 présentant la particularité d'être aussi large que haute, à peu de choses près, ce qui limite les effets pervers de la seconde notion.

 

Fiat-Panda4x4-action6

 

Deuxième constat, le sixième rapport fait du bien au bicylindre 0.9 TwinAir, notamment parce qu'il réduit le niveau sonore de ce dernier à vitesse stabilisée. Ce n'est pas un luxe, connaissant la propension de ce moteur à casser les oreilles en émettant en permanence un bruit d'avion à hélices vite fatigant. Dans les relances en seconde et en troisième, les stridences de la chose évoquent plutôt l'univers de la moto... C'est marrant, notez bien. Un temps seulement. En plus, il s'agit d'une « vraie » sixième, c'est-à-dire pas du tout allongée comme cela se pratique de plus en plus souvent ces derniers temps. 4 000 tr/mn à 130 km/h, tout est dit, et partant de là, la voiture n'a aucune peine à se relancer sans obliger son conducteur à rétrograder. Un bon point, au final, d'autant plus que cela ne se paie guère à la pompe. Nous avons enregistré sur l'ordinateur de bord une consommation moyenne de 6,4 l/100 km au terme de notre essai, une valeur qui reste dans l'ordre des choses, somme toute.

 

Fiat-Panda4x4-PDB

 Boîte 5 : la voiture en photo est une diesel.

 

Pour le reste, du sens de l'accueil à la qualité de fabrication, c'est la Panda telle qu'on la connaît, habitable au regard de son gabarit et finie sans fausse note apparente. Malgré l'omniprésence de plastiques rigides, le mobilier ne mérite pas le qualificatif « quincaille », en d'autres termes. On n'en demande pas plus. L'organisation des commandes rationnelle et la multiplication des rangements facilitent la vie, et au bilan, il n'y a que la position de conduite qui pose problème. Le volant ne se règle pas en profondeur, le siège est haut perché mais aussi étroit et un peu dur pour les dos douillets, le pédalier guère éloigné de lui oblige le conducteur à trop plier les jambes, toutes choses qui, à mon sens, condamne l'usage de la Panda 4x4 à des petits et moyens trajets. Le niveau sonore élevé n'invite de toute façon pas à sillonner la France dans tous les sens à son volant. A cette réserve près, elle rendra bien des services.

 

LA FICHE TECHNIQUE

Fiat-Panda4x4-statique3

 

Fiat Panda 4x4 0.9 Twinair 85

 

- Moteur  : 2 cylindres, turbo, 875 cm3

- Puissance : 85 ch à 5 500 tr/mn

- Couple : 145 Nm à 1 900 tr/mn

- Transmission : aux 4 roues

- Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports

- Longueur x largeur x hauteur : 3,69 x 1,67 x 1,61 m

- Empattement : 2,30 m

- Garde au sol : 15 cm *

- Angles d'attaque / de fuite / ventral : 21 / 36 / 21 °

- Suspensions AV/AR : McPherson triangulée / pont de torsion

- Pneus : 175/65 R15 M+S

- Coffre : 225 dm3

- Poids à vide : 1 050 kg

- Vitesse maxi : 166 km/h

- 0 à 100 km/h : 12,1 sec.

- Stop-start : oui

- Conso. urbaine / extra-urbaine / mixte : 5,9 / 4,3 / 4,9 l/100 km

- Emissions de CO2 : 114 g/km

 

* 16 cm sur la motorisation diesel 1.3 MultiJet 75.

 

LA GAMME

 

Fiat-Panda4x4-statique2

 

La Panda 4x4 se situe tout en haut de la gamme Panda, et c'est donc la plus chère du lot. Partant de là, il y a deux interprétations possibles. Premièrement, d'aucuns considèrent qu'une mise à 15 990 ou 16 840 € selon les motorisations choisies, c'est quand même beaucoup demandé pour une micro-citadine, certes relookée. Vu comme ça, le raisonnement se tient. Deuxièmement, ce n'est peut-être pas sous cet angle qu'il convient d'aborder la question. De facto, il faut prendre la Panda 4x4 pour ce qu'elle est, un authentique tout-terrain outillé en fonction, et mettre ses prix en rapport pour mesurer à quel point elle tient du cadeau tombé du ciel. En d'autres termes, il n'existe pas de SUV capable de grandes choses en tout-terrain aussi bon marché, à l'exception notable du Dacia Duster quand il s'équipe de la transmission intégrale. Et encore, nous ne sommes pas sûrs qu'il puisse aller là où va la Panda 4x4, en raison de son gabarit, de son poids et de sa transmission 4x4 dépourvue d'un blocage du différentiel central. Cela reste à vérifier. Autre désavantage par rapport à la Panda 4x4, tous les Duster 4x4 sont malussés, jusqu'à 2 600 € pour la motorisation essence 1.6 de 105 ch.

 

Fiat-Panda4x4-coffre

 C'est une option...

 

Dans tous les cas, les amateurs du genre ne s'y tromperont pas. La Panda 4x4 a déjà sa clientèle « captive » assurée. Elle s'adresse également, personne n'en doute, à une clientèle urbaine en quête d'une voiture au look très tranché et appelée à n'exploiter qu'à de très rares occasions, voire jamais, le potentiel tout-terrain de l'engin. Vu sous cet angle, la première remarque ne paraît pas totalement infondée. Fiat a prévu le coup en donnant à la Panda 4x4 un succédané dit Trekking, soit la même voiture sur le plan physique mais privée de transmission 4x4 et donc moins chère. Un contrôle de motricité figure toutefois au programme, lequel se résume à une seule finition et deux moteurs, comme pour la Panda 4x4. Les prix de la Panda Trekking sont indiqués ci-dessous. La motorisation essence est bonussée, c'est à savoir.

 

Fiat-Panda4x4-intérieur2

 Cest une option, bis repetita...

 

Reste l'équipement. C'est sûr, la Panda 4x4 est la mieux équipée des Panda, elle qui reçoit l'ESP en série contrairement à ses sœurs de gamme, à l'exception de la Trekking – et pour cause, au regard de son dispositif 4x4 tel que décrit plus haut. Il n'empêche, quelques éléments élémentaires intègrent la liste des options, et on se demande bien pourquoi à ce niveau de prix. De fait, en additionnant les tarifs des antibrouillards, de la banquette fractionnable 60/40, des commandes audio au volant, des rétros électriques, du siège conducteur réglable en hauteur et du volant cuir, la facture finale augmente de 895 €. Cela reste supportable, mais pourquoi se montrer aussi mesquin ? Le reste des options appartient au monde du luxe – façon de parler... A noter, Fiat prévoit de commercialiser d'ici peu une Panda 4x4 dépouillée, à la demande d'une clientèle qui recherche une petite voiture « bonne à tout faire » sans autre prétention que de remplir sa mission première. Cette variante utilitaire, le terme n'étant en rien péjoratif, réclamera 1 300 € de moins, à chaque motorisation.

 

LES PRIX

 

Essence

 

Panda 4x4 0.9 TwinAir 85

(voir la fiche technique)

Finition unique : 15 990 €. Ni bonus ni malus

 

Panda Trekking 0.9 TwinAir 85

Idem Panda 4x4, sauf : BVM 5 ; 4,6 l/100 km ; 105 g/km.

Finition unique : 14 490 €. Bonus : 200 €.

 

Diesel

 

Panda 4x4 1.3 MultiJet 75

4 cylindres ; 1248 cm3 ; 75 ch ; 190 Nm à 1 500 tr/mn ; BVM 5 ; 159 km/h ; stop-start : oui ; 4,7 l/100 km ; 125 g/km.

Finition unique : 16 840 €. Ni bonus ni malus.

 

Panda Trekking 1.3 Multijet 75

Idem Panda 4x4, sauf : 4,2 l/100 km ; 109 g/km.

Finition unique : 15 340 €. Ni bonus ni malus.

 

LES PRINCIPAUX EQUIPEMENTS DE SERIE

 

Les équipements de sécurité

ABS avec répartiteur de freinage et aide au freinage d'urgence ; antidérapage ESP.

 

Fiat-Panda4x4-jante

 Ce n'est pas une option...

 

Finition unique

Banquette rabattable en un seul tenant avec 2 appui-tête ; barres de toit ; climatisation manuelle ; direction assistée avec fonction City ; jantes alliage 15 pouces ; verrouillage centralisé à distance ; vitres AV électriques ; volant réglable en hauteur.

Installation audio : autoradio-CD MP3 avec 6 HP.

 

LES PRINCIPALES OPTIONS

 

- Antibrouillards : 150 €

- Banquette fractionnable 60/40 : 250 €

- Coffre à double fond : 100 €

- Commandes audio et téléphone au volant : 50 €

- Climatisation automatique monozone : 400 €

- Préinstallation navigateur GPS TomTom : 60 €

- Radars de parking AR : 300 €

- Rétros électriques et dégivrants : 150 €

- Siège conducteur réglable en hauteur : 75 €

- Siège passager rabattable : 100 €

- Volant et pommeau du levier de vitesses gainés de cuir : 200 €

- Kit Confort (poignées de maintien AR, porte-lunettes et ceintures de sécurité AV réglables en hauteur) : 75 €

- Système Blue & Me (interface Bluetooth, prises auxiliaires/USB et fonction EcoDrive) : 300 €.

- Pack Modularité 5 places (banquette fractionnable 60/40, siège conducteur réglable en hauteur, siège passager rabattable, coffre à double fond et kit confort) : 500 €

- Monte pneumatique « été » : option gratuite

 

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Bourquin - dans Essais italiennes
commenter cet article

commentaires

Berthaud 23/12/2014 11:43

Hello, alors là, non ! Je ne conduirai jamais une voiture comme celle-là !

Salles de Sport Lyon 13/02/2013 11:51

Couleur d'essai original... et a l'air d'avoir passé le test avec brio... Voir si le succès sera au rendez-vous.

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives