Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 13:26
Chevrolet n'est pas un constructeur « low cost ». Juste « soft cost ». La nuance est de taille, car il faut bien reconnaître que la première expression est chargée de connotations négatives, auxquelles les produits siglés Chevrolet ne répondent en aucun cas. La preuve par cet essai de la Cruze break SW.
Par Jean Bourquin
 
Cruze-action-3On pourrait ranger Chevrolet parmi les constructeurs « low cost », par simple commodité. Pour une raison toute bête, d'ailleurs. Ses voitures coûtent moins cher, dans des proportions non négligeables, que leurs rivales, quelle que soit la catégorie concernée. Le fait est, la gamme grand public vendue en Europe est produite en Corée-du-Sud, où le « coût du travail » défie toute concurrence s'agissant d'un pays de l'OCDE - les pays développés, autrement dit. Une politique tarifaire agressive, bien utile pour ouvrir les portes du marché européen, fait le reste.
 
Ces choses dites, le terme « low cost » a tout de même une connotation négative, lui qui signifie un design simpliste, une qualité de fabrication basique et un comportement routier certes sans faiblesses majeures mais jamais plaisant. Sur ces trois points, les produits siglés Chevrolet se tiennent à des années lumière du « low cost », ce qui les rend du coup dignes d'intérêt. Le résultat ne s'est pas fait attendre. Après avoir rehaussé le niveau desdits produits, Chevrolet creuse son trou en Europe, patiemment mais sûrement.
 
Cruze-groupe-1
  Exemple type, la berline familiale Cruze, dont les ventes explosent en France depuis le début de l'année 2012. Depuis, dans les faits, qu'elle décline une carrosserie cinq-portes à hayon. La variante break complète aujourd'hui la gamme, et elle reçoit les mêmes motorisations que les Cruze quatre et cinq-portes. Au bout du compte, on dénombre à ce jour pas moins de 34 versions de la Cruze, un chiffre qui en dit long sur les intentions commerciales de Chevrolet en Europe. Voilà une marque en pleine conquête, qui va de plus en plus compter dans les années à venir. Reste à savoir comment Opel, elle aussi propriété de General Motors, vivra cette intrusion peu fraternelle sur ses plate-bandes. Le groupe américain va devoir faire des choix, en commençant par définir des positionnements bien distincts pour ses deux marques. C'est une autre histoire, à suivre bien sûr.
 
Cruze-action-5
  La Cruze SW, donc. Comme sous-entendu ci-dessus, l'auto fait valoir un robe moderne et travaillée, à l'image de la face avant divisée en plusieurs éléments. Très expressive, au demeurant. Pour le reste, ce break se distingue de la masse de ses congénères par son pavillon légèrement arqué, son vitrage latéral arrière courbé et sa lunette arrière très inclinée, comme quoi le style a pris une part prépondérante dans sa conception. En résulte une silhouette bien proportionnée, que l'on peut qualifier d'élégante, et même un zeste de prestance que la berline n'a pas. Le break en impose plus, entre autres parce qu'il est, justement, plus imposant... Il mesure 8 cm de plus en longueur (4,68 m au total), au seul profit du porte-à-faux arrière puisque l'empattement reste le même, soit 2,69 m. Moralité, ce break extrapolé d'une familiale n'est pas ce qui se fait de plus encombrant en la matière, et le fait a son avantage si, dans le même temps, la capacité de chargement se tient au-dessus de la moyenne.
 
Cruze-coffre-3
  Ce n'est pas le cas. Le coffre de la Cruze SW atteint 500 dm3 sous le cache-bagages, et c'est une valeur moins élevée qu'attendu si on la rapporte à la taille de la voiture. Les breaks tirés de familiales compactes, plus petits de ce fait, en offrent tout autant, voire plus - 520 dm3 pour la Peugeot 308 SW, par exemple. La remarque a toutefois ses limites, car, en contrepartie, la Cruze se montre plus spacieuse pour les occupants et présente, ce faisant, un parfait équilibre entre volume habitable et volume de chargement. C'est même sa qualité première.
 
Cruze-coffre-2
  Sur les fondamentaux du genre, enfin, Chevrolet connaît la musique. Les formes de la malle sont régulières, le hayon s'ouvre largement et le seuil de chargement se situe à la bonne hauteur. Du classique, très bien fait. Chevrolet ajoute un plus insolite plateau retenant trois compartiments de rangement placé entre le dossier de la banquette et la cassette qui contient le cache-bagages. Lequel se manipule aisément. Rien à redire, au final, à part le fait que la surface libérée n'est pas plane quand la banquette est rabattue. Le dossier se pose sur l'assise, point barre. C'est ballot.
 
Cruze-action-4
En mouvement, ce break ne réserve que des bonnes surprises. Cette coréo-américaine, il est vrai, fait appel à une solution multibras à l'arrière, ce qui l'exclut définitivement de l'univers « low cost ». Partant d'un châssis somme toute sophistiqué, la voiture n'a aucune peine à se montrer rigoureuse, précise et peu sujette au roulis. La direction est dans le ton, même si elle perd un peu de sa consistance à vivre allure. Pas de quoi en faire un pataquès, au regard de la vocation familiale de ce break. En bref, la Cruze SW est plaisante à mener, et c'est tout ce qui compte. La suspension n'est pas un modèle de filtration, mais si les occupants n'ignorent rien de la route, ils ne la subissent pas. Bon confort général, donc.
 
Cruze-moteur-1
 Le quatre-cylindres essence 1.4 T de 140 ch.
 
Les deux moteurs que nous avons essayés, l'essence 1.4 Turbo de 140 ch et le diesel 1.7 VCDi de 131 ch, font le « job », et on ne leur en demande pas plus. Le premier, en toute logique, pèse moins sur le train avant que le second, et du coup, la voiture révèle alors une pointe d'agilité interdite à sa variante diesel. Cette dernière, en revanche, a de la souplesse à revendre et offre donc un excellent confort de conduite. C'est à noter, la Cruze SW bénéficie d'une boîte correctement étagée, c'est-à-dire pas trop allongée comme cela se pratique désormais trop souvent. Les consommations ne s'envolent pas pour autant, à ce sujet, le break se tient dans le norme de son espèce.
 
Cruze-PDB-1
Restent les prix. Comme attendu, la Cruze SW les casse, les prix, sans faire l'impasse sur les équipements - voir ci-dessous. A titre d'exemple, la motorisation 1.7 VCDi de 131 ch, la plus réclamée en France, se négocie de 19 800 à 23 900 euros, et on appelle ça une bonne affaire. Inespérée même, par les temps qui courent. Pour preuve, une certaine Opel Astra SW, qui repose sur la même plateforme que la Cruze SW - même taille, à 2 cm près, même empattement, même capacité de chargement - réclame 26 700 euros avec le même moteur, étant précisé qu'elle n'est alors disponible qu'en une seule finition, la plus élevée de la gamme en l'occurrence. Ce qui fait quand même 2 800 euros d'écart avec la Cruze SW LTZ+, laquelle reçoit en série la sellerie cuir et les sièges chauffants. Tous luxes interdits à l'Opel, sauf à augmenter le montant du chèque.
 
Cruze-PDB-2
Pour sa défense, l'Opel fait valoir une qualité de fabrication en rien comparable avec celle de sa soeur de groupe - ainsi qu'une suspension plus prévenante... Le fait est, la grosse faiblesse de la Chevrolet reste l'omniprésence de matériaux rigides d'aspect assez quelconque, au demeurant ajustés avec toute la rigueur requise. Au vu des prix pratiqués, on peut pardonner. La position de conduite est irréprochable, pour conclure sur une note positive.
 
LA FICHE TECHNIQUE
 
 
Cruze-statique-1
 
Données générales
Longueur x largeur x hauteur : 4,68 x 1,80 x 1,52 m
Empattement : 2,69 m
Coffre : 500 dm3
Transmission : aux roues AV
Suspension AV/AR : McPherson/multibras
 
1.6 16v
Moteur : 4 cyl. essence ; 1598 cm3
Puissance : 124 ch à 6 200 tr/mn
Couple : 155 Nm à 4 200 tr/mn
Boîte de vitesses : mécanique à 5 rapports
0 à 100 km/h : 12,6 sec.
Vitesse maxi : 191 km/h
Stop/start : non
Conso. mixte : 6,4 l/100 km
Emissions de CO2 : 151 g/km
 
1.4 T
Moteur : 4 cyl. essence ; turbo; 1364 cm3
Puissance : 140 ch à 6 000 tr/mn
Couple : 200 Nm à 1 850 tr/mn
Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports
0 à 100 km/h : 9,5 sec.
Vitesse maxi : 200 km/h
Stop/start : oui
Conso. mixte : 5,7 l/100 km
Emissions de CO2 : 134 g/km
 
1.7 VCDi
Moteur : 4 cyl. turbo-diesel ; 1686 cm3
Puissance : 131 ch à 4 000 tr/mn
Couple : 300 Nm à 2 000 tr/mn
Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports
0 à 100 km/h : 10,4 sec.
Vitesse maxi : 200 km/h
Stop/start : oui
Conso. mixte : 4,5 l/100 km
Emissions de CO2 : 119 g/km
 
2.0 VCDi
Moteur : 4 cyl. turbo-diesel ; 1998 cm3
Puissance : 163 ch à 3 800 tr/mn
Couple : 360 Nm à 2 000 tr/mn
Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports ; automatique à 6 rapports
0 à 100 km/h : 8,8 sec.(BVA : nc)
Vitesse maxi : 210 km/h (BVA : 200)
Stop/start : oui, sauf BVA
Conso. mixte : 4,8 l/100 km (BVA : 6,5)
Emissions de CO2 : 126 g/km (BVA : 171)
 
LA GAMME
 
Cruze-statique-2
 
Essence
 
1.6 16v
LS+ : 17 800 euros ; LT : 19 300 euros. Malus : 500 euros.
 
1.4 T
LTZ : 22 900 euros ; LTZ+ : 23 900 euros. Ni bonus ni malus.
 
Diesel
 
1.7 VCDi
LS+ : 19 800 euros ; LT : 21 300 euros ; LTZ : 22 900 euros ; LTZ+ : 23 900 euros. Ni bonus ni malus.
 
2.0 VCDi
LTZ : 23 600 euros ; LTZ+ : 24 600 euros. Ni bonus ni malus.
BVA : + 1 300 euros sur les 2 finitions. Malus : 750 euros.
 

LES EQUIPEMENTS DE SERIE
 
Cruze-statique-3
 
LS+
ABS avec répartiteur électronique de freinage ; antidérapage ESP (ESC chez Chevrolet) ; antipatinage.
Banquette fractionnable 2/3 1/3 ; barres de toit ; climatisation manuelle ; jantes acier 16 pouces ; ordinateur de bord ; rétros électriques ; sellerie tissu ; vitres AV électriques ; volant réglable en hauteur.
Installation audio : autoradio RDS, lecteur CD MP3, prise auxiliaire, interface Bluetooth, commandes au volant et 6 HP.
 
LT (en plus)
Accoudoir central AV ; antibrouillards ; grille de calandre chromée ; jantes alliage 16 pouces ; radars de recul ; rangement pour lunettes de soleil ; régulateur de vitesse ; rétros couleur carrosserie ; trappe au-dessus du tableau de bord ; volant cuir réglable en profondeur.
 
LTZ (en plus)
Allumage automatique des phares et des essuie-glace ; caméra de recul ; climatisation automatique ; démarrage et ouverture sans clé ; jantes alliage 17 pouces ; ligne de vitrage chromé ; rétro intérieur électrochrome.
Infotainment : système multimedia MyLink avec écran tactile 7 pouces.
 
 
Cruze-détail-1
 
LTZ+ (en plus)
Sellerie cuir ; sièges chauffants.
 
LES OPTIONS
Peinture métallisée : 500 euros sur toute la gamme
Caméra de recul : 790 euros sur LT
Navigateur GPS : 790 euros à partir de LT

Cet article vous est proposé en partenariat avec les rubriques

BMW occasion et Peugeot occasion du site automobile.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Essais américaines
commenter cet article

commentaires

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives