Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 17:53


Georges Perec avait écrit « Je me souviens ». C’était en 1978. Livre de souvenir du temps qui passe, inexorablement, impitoyablement.
On a tous, chacun, les souvenirs qu’on mérite. Qu’on médite…
Mai 1994, mais 2009 : quinze ans, jour pour jour… Il y a quinze ans disparaissait Ayrton Senna, en pleine gloire, le meilleur pilote de son temps, depuis la retraite d’Alain Prost, avant l’avènement d’un jeunot du nom de Michael Schumacher, son successeur désigné.

Par Jean-Michel Cravy


Je me souviens…
A l’époque, beaucoup de journalistes sportifs, qui n’étaient, hélas, que des journalistes sportifs, n’ont pas compris grand-chose à la tragédie grecque, quasi shakespearienne, qui s’était nouée ce week-end-là, à Imola. Littéralement une… immolation, au sens du supplice à la mode chrétienne…

Il faut se souvenir du contexte, et des prémisses de la tragédie…
Il fut un temps où, en sport automobile, les morts en course étaient la règle, la loi d’airain. D’un week-end à l’autre, les camarades de combat, rivaux, mais camarades quand même, même les plus grands, pouvaient disparaître, d’une minute à l’autre, sans prévenir, sans laisser le moindre message d’adieu. Jim Clark, Jo Siffert, Jo Schlesser, François Cevert, pour n’en citer que quelques-uns…

Et puis le temps avait passé. La course automobile s’était civilisée, et la sécurité des autos et des circuits aidant, avait perdu l’habitude de sacrifier au Moloch… Le dernier supplicié de la Formule 1 avait été l’italien Elio de Angelis. C’était en 1986, en essais privés sur le circuit Paul-Ricard.

Ironie : le bel Elio, personnage raffiné et pianiste émérite dans le privé, n’avait pas supporté la rivalité avec un certain… Ayrton Senna, chez Lotus, et était parti chez Brabham. Et c’est le même Ayrton qui lui rendit un hommage sincère : « Elio était un pilote à part car il exerçait son métier par amour du sport, sans motivation mercantile. C'était un gentleman, une personne de grande qualité que je suis fier d'avoir connu. »

Et puis Ayrton était devenu le grand champion que l’on sait. Qui n’avait plus eu qu’un seul adversaire à sa taille : Prost.

Je me souviens…
Une rivalité dune violence inouïe avec le Français au sein de l’écurie McLaren. Un combat « à mort », soldé par un dead heat, sans vainqueur ni vaincu. Et puis Prost s’en était allé chez Ferrari. Mis à pied en 92 pour blasphème envers l’Eglise cathodique, apostolique et modenaise : traiter une Ferrari de camion, c’est passible d’excommunication. Prost, s’en était allé conquérir un dernier titre au volant de la Williams FW15 avant de prendre sa retraite. Et de laisser son volant à un Senna, lui aussi en fin de parcours. Parce qu’on ne s’accomplit vraiment que face à un adversaire à sa taille. Même si on a un jeune Michael Schumacher à ses trousses, à l’abord du sixième tour, dans la courbe du Tamburello, qui se prend à fond…

Je me souviens…
Ce week-end d’Imola avait commencé sous les plus mauvais auspices. D’abord avec un crash terrible du jeune Brésilien Rubens Barrichello, au chevet duquel Senna s’était rendu. Puis lors des essais qualificatifs, avec la mort de l’Autrichien Roland Ratzenberger, dont c’était la toute première apparition en Formule 1.
Bouleversé, Senna avait envisagé de renoncer à prendre le départ, à mettre fin à sa carrière, sur le champ. Puis s’était résigné. Sur la grille de départ, il avait avait lancé dans son casque « Alain, I miss you ». Six tours plus tard…

Je me souviens…
J’étais sur la Nationale 6, quelque part du côté de Beaune, au volant d’une BX break diesel, quand j’ai entendu l’impensable à la radio. Comme beaucoup d’autres, j’ai compris qu’une page venait de se tourner. Une autre, après la disparition tragique de Jimmy Clark à Hockheneim en 1968. Un autre très grand. Une idole de jeunesse…. Et une autre injustice. Parce que comment les plus grands pilotes peuvent-ils succomber, malgré leur immense talent ?

Senna fut le dernier à mourir en Formule 1, sur l’autel de la course automobile. N’en déplaise aux Hamilton, Vettel et autres Kubica, pilotes d’aujourd’hui, dont le talent est évidemment indéniable. Mais qui ne mettent plus, heureusement, leur peau sur la table.

Je me souviens…

J.-M. C.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Michel Cravy - dans Dans le rétro
commenter cet article

commentaires

Auto Panorama, C'est Qui ?

  • : autopanorama.info
  • autopanorama.info
  • : Toute l'actualité automobile ! Les derniers essais, les nouveautés, les concept cars, les dernières nouvelles économiques. Et de nombreux bonus (vidéos, histoire...)
  • Contact

auto panorama, c'est quoi ?


Auto Panorama est un nouveau site d’information de l’actualité automobile, réalisé et dirigé par un essayeur spécialisé qui a exercé ses talents pendant plus de vingt ans dans les rédactions les plus prestigieuses (l’Automobile Magazine, l’Auto Journal, VSD et beaucoup d’autres).

" Eh oui, vingt ans déjà que je lime le bitume sur toutes les routes et les circuits du monde, au volant de toutes les voitures de production, de sport et même de compétition...
Aujourd’hui, j’ouvre avec vous un nouveau chapitre, sur internet cette fois, toujours avec la même rigueur, toujours avec la même passion, malgré ces temps difficiles. Mais tant qu’il y aura des hommes pour aimer voitures…
Ici, vous trouverez tous les derniers essais, toutes les nouveautés, les concept cars, tout ce qui fait une actualité riche, foisonnante, passionnante…
Alors, vous montez avec moi ? "


Jean-Michel Cravy

Recherche

Le plein de videos

Le plein de vidéos intéressantes, amusantes, excitantes...
C'est ici !

Archives